Le blockbuster de Greta Gerwig sur la poupée Mattel fait un carton dans les salles. Les cinéphiles seront ravis, la réalisatrice s’est inspirée de grands classiques cinématographiques pour mettre en scène Barbie.

Le film Barbie n’en finit pas de faire vendre des places de cinéma. Depuis sa sortie, la superproduction hollywoodienne de Greta Gerwig, réalisatrice à succès, a engrangé plus de 774 millions de dollars de recettes dans le monde, dont 351 millions aux États-Unis. Après seulement deux semaines d’exploitation, Barbie a écrasé le box-office américain, notamment grâce à une campagne marketing savamment orchestrée. Mais le film est aussi truffé de références à la pensée féministe et à d’autres œuvres cinématographiques.

@numerama

Le marketing de Barbie va beaucoup trop loin 🤯 #barbie #barbiemovie #barbiegirl #numerama

♬ son original – Numerama

Le film Barbie fait référence à de nombreux films

Bien sûr, l’univers de Barbieland est fortement inspiré de l’esthétique de la poupée Barbie de notre enfance, entre les teintes roses et les jouets discontinués que l’on retrouve dans le film. Mais Greta Gerwig, la réalisatrice, l’a elle-même longuement évoqué dans un entretien avec le média américain Letterboxd : de nombreux grands classiques du cinéma hollywodien se sont glissés dans son film. Si certaines références, comme celle à Matrix, étaient déjà visibles dans la bande-annonce, d’autres sont distillées tout au long du long-métrage.

La réalisatrice de Barbie Greta Gerwig évoque les multiples références de son film auprès des médias américains. // Source : Letterboxd sur Youtube. Capture d'écran Numerama.
La réalisatrice de Barbie Greta Gerwig évoque les multiples références de son film auprès des médias américains. // Source : Letterboxd sur Youtube. Capture d’écran Numerama.

Le magicien d’Oz

Ce film musical de 1939 réalisé par Victor Fleming est un grand classique de Hollywood qui a révolutionné l’industrie grâce à l’utilisation des couleurs pour sublimer le monde magique d’Oz, dans lequel va soudainement se retrouver la petite Dorothy. Greta Gerwig s’en est notamment inspirée pour les couleurs et l’atmosphère hors du temps.

« Le Magicien d’Oz est évidemment un film extraordinaire, magnifique et adoré. Il fait quelque chose que je voulais imiter, à savoir ces incroyables scènes sonores, ces ciels peints et ce sentiment… ‘authentiquement artificiel’ je dirais, que je trouve très beau et très émouvant », a expliqué la réalisatrice. Dans Barbie, de nombreux décors ont été réalisés sur le modèle des comédies musicales des années 40 ou 50, comme lorsque Barbie et Ken passent de Barbieland au monde réel.

2001, l’Odyssée de l’espace

A priori, vous pouvez vous dire qu’il n’y a pas grand-chose en commun entre la poupée Barbie et le film de science-fiction de Stanley Kubrick, sorti en 1968, qui met en images des bandes de primates rivales avant de nous emmener dans un monde spatial et futuriste, de manière plus qu’énigmatique. On vous rassure, le film de Greta Gerwig est moins long et bien plus compréhensible.

Pourtant, L’Odyssée de l’espace est une des références les plus évidentes dans Barbie. La scène d’ouverture du film imite clairement l’œuvre de Kubrick avec le même décor et la même musique pour montrer la naissance de la première poupée Barbie, entourée de petites filles. Comme lorsque les singes découvrent un étrange monolithe dans le désert qui leur donne accès à l’intelligence.

Les Parapluies de Cherbourg

La célèbre comédie musicale de Jacques Demy avec Catherine Deneuve a beau dater de 1964, elle continue à séduire et à inspirer. Si l’histoire d’amour entre Geneviève et un jeune homme garagiste qui doit partir à la guerre d’Algérie, Guy, n’en finit pas de nous émouvoir, c’est là encore l’usage des couleurs qui a plu à Greta Gerwig.

« Les Parapluies de Cherbourg, c’est un film incroyable et d’une beauté stupéfiante. J’ai adoré l’utilisation des couleurs et le côté surréaliste. […] Tout donne l’impression d’être peint, et c’est ce qui a joué un rôle important », a précisé Greta Gerwig à Letterboxd. Une des coiffures de Barbie est même directement inspirée de la coiffure de Catherine Deneuve.

Catherine Deneuve joue le personnage de Geneviève dans le film de Jacques Demy. // Source : Ecole Louis Lumière sur Youtube.
Catherine Deneuve joue le personnage de Geneviève dans le film de Jacques Demy. // Source : Ecole Louis Lumière sur Youtube.

Un Américain à Paris

Ce drame musical et romantique de Vincente Minnelli sorti en 1951 a pour acteur principal Gene Kelly, qui a aussi joué dans Chantons sous la pluie. Un acteur pour qui la réalisatrice de Barbie n’a jamais caché son admiration. Le film raconte l’histoire d’un ancien membre des forces armées américaines qui se retrouve à Paris après la guerre et tombe amoureux d’une femme promise à un autre homme.

Greta Gerwig s’est inspiré d’une scène d’introduction d’Un Américain à Paris pour présenter la routine matinale de Barbie dans Barbieland, au début du film : « Il vit dans un minuscule appartement et tout s’imbrique dans tout le reste. Il y avait quelque chose de tellement satisfaisant à le regarder faire sa routine matinale — c’était l’une des routines matinales que j’aimais. Même si Barbie a beaucoup plus d’espace, je me suis dit : C’est une ouverture géniale. »

La scène d’ouverture du film.

The Truman Show

Si vous avez vu ce film de 1998 avec Jim Carrey, impossible de ne pas faire le rapprochement avec Barbie. Truman vit une vie paisible et agréable dans son pavillon, travaille toute la journée et rejoint sa femme le soir. Il semble tout sourire, mais commence en fait à ressentir des angoisses, l’impression qu’on l’observe et qu’il n’est peut-être pas réellement libre de ses choix.

L’impression que le monde parfait dans lequel elle vit confortablement déraille, c’est la même chose que ressent Barbie, ce qui la pousse à découvrir le monde réel. Une dénonciation de la société de divertissement et une réflexion sur le libre-arbitre sont présents dans les deux films. Greta Gerwig a d’ailleurs confirmé avoir revu The Truman Show juste avant le tournage de Barbie.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !