Netflix a commencé à mettre en place son interdiction de partage de mot de passe dans certains pays, afin de pousser les « squatteurs » à payer eux-mêmes un abonnement. Pour l’instant, la plateforme a surtout perdu des utilisateurs.

Un million d’Espagnols aurait arrêté d’utiliser Netflix depuis les trois derniers mois, a repéré le site Bloomberg dans une étude de marché menée par le groupe Kantar datant du mois d’avril 2023. La raison ? La plateforme de streaming par abonnement a commencé à mettre en place son système « anti-partage de comptes », sur lequel elle mise énormément pour renouer avec une croissance à deux chiffres en 2023.

Partir ou payer, il faut choisir

L’époque où Netflix affirmait publiquement que ses abonnés avaient le droit de partager leurs comptes, sans frais supplémentaire, est largement révolue. Depuis, la firme estime que pas moins de 100 millions de foyers ont accès à ses services sans payer, à cause de sa politique trop lâche de partage de mots de passe.

Ce manque à gagner semblait acceptable à une époque où la multinationale s’étendait rapidement à travers le globe. Cependant, depuis la reprise d’une vie « normale » après la période des confinements provoqués par la pandémie de covid, Netflix observe un ralentissement de la hausse de ses abonnés payants. Au Q2 2022, le géant du streaming a même perdu près d’un million d’abonnés.

Dont acte : 2023 sera sous le signe de la chasse au partage de comptes. Des mesures ont déjà été prises au Portugal, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Espagne. C’est dans ce dernier pays que l’étude de Kantar montre une chute du nombre d’utilisateurs de la plateforme au premier trimestre de 2023.

Netflix y a imposé la création de « sous-comptes » : les abonnés payants peuvent créer des comptes additionnels, mais il faut débourser une somme supplémentaire de 5,99 euros par mois. Les « squatteurs » ont ainsi trois choix :

  • Ne plus utiliser le compte de leur ami et laisser tomber Netflix
  • Ne plus utiliser le compte de leur ami et se créer un nouveau compte Netflix au prix fort (8,99 euros par mois minimum)
  • Rester sur le compte de leur ami, mais avec un sous-compte payant à 5,90 euros par mois
Edward Norton dans Glass Onion // Source : Netflix
Edward Norton dans Glass Onion // Source : Netflix

Netflix a anticipé cette chute

Visiblement, ils seraient un million à avoir choisir la première option et abandonner complètement le visionnage de contenus sur Netflix Espagne. La firme ne se montre toutefois pas surprise. Dans son rapport aux actionnaires du premier trimestre 2023, Netflix a clairement indiqué qu’il s’attendait à une « réaction d’annulation (…) ce qui a un impact sur la croissance des membres à court terme », mais une évolution positive.

« À mesure que les ’emprunteurs’ commencent à activer leurs propres comptes et que les membres existants ajoutent des comptes « membres supplémentaires », nous constatons une augmentation des acquisitions et des revenus. Par exemple, au Canada, qui, selon nous, est un indicateur fiable pour les États-Unis, notre base de membres payants est maintenant plus importante qu’avant le lancement du partage payant et la croissance des revenus s’est accélérée et croît maintenant plus rapidement qu’aux États-Unis », peut-on lire.

Source : Montage Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !