Le match de football entre streamers français et espagnols, organisé par AmineMaTue, a impressionné ses téléspectateurs par la qualité de sa réalisation. Derrière cette réussite, il y a la décision de l’Eleven All Stars d’embaucher une équipe expérimentée et de se permettre de tenter des nouvelles choses.

L’Eleven All Stars, un match de football entre streamers français et espagnols (une sorte de revanche de la Pixel War), a battu tous les records. En dépassant les 1,2 million de téléspectateurs sur Twitch le 19 novembre, l’événement d’AmineMaTue a réussi à détrôner le GP Explorer de Squeezie, seulement un mois après sa diffusion. Les internautes ne tarissent pas d’éloges à son égard : tout le monde a été impressionné par la qualité de l’événement. Il faut dire que, visuellement, l’Eleven All Stars n’avait rien à envier à un vrai match de football.

Comme l’a répété à plusieurs reprises Alexandre Ruiz, qui a commenté l’Eleven All Stars, il y avait 24 caméras autour du stade, contre « 14 caméras » dans certains matchs de football. Cette seconde indication n’est pas tout à fait vraie (il y en a généralement une vingtaine au minimum, et jusqu’à 40 pour les grands événements), mais il est vrai que l’Eleven All Stars a voulu jouer dans la cour des grands. Le résultat est grandiose, parfois même plus beau que dans le vrai football.

Le steadicam qui émerveille tout le monde

À la 87ème minute, l’équipe de France devait tirer un corner. Le caméraman, équipé d’un steadicam (un système de stabilisation sophistiqué), est entré dans la cage pour tourner autour du gardien. Les images, magnifiques, n’auraient jamais pu exister dans un vrai match de football, où les caméras ne sont pas autorisées à pénétrer le terrain. Ce plan est pourtant grandiose et contribue à la crédibilité de l’événement, à tel point que plein d’internautes se sont demandés comment il était possible — certains se sont même mis à imaginer qu’un drone était sur le terrain, ce qui n’était pas le cas. Il y en avait par contre un au-dessus du stade pendant toute la rencontre.

Tout le match a été réalisé avec un niveau d’exigence digne de la télévision. Il n’y a rien de surprenant, c’est AMP Visual TV, qui réalise souvent des matchs, qui s’occupait de la régie (avec le réalisateur Manu Roustit aux commandes). Passage d’un plan large à un zoom, ralentis, focus sur le bord du terrain… Toutes les spécificités du foot étaient là. En bonus, l’Eleven All Star a même joué avec la réalité augmentée pour afficher le score et le nom du buteur sur le terrain, comme dans le jeu vidéo FIFA. Certains championnats ont déjà recours à la réalité augmentée pendant les matchs, mais pas la Ligue 1 française.

Le football professionnel doit-il s’inspirer de l’Eleven All Stars ?

Dire que le football professionnel devrait se mettre au niveau de l’Eleven All Stars serait très réducteur, dans le sens où c’est l’événement des streamers qui s’en est inspiré.

Cependant, un spectacle de ce genre a l’avantage de pouvoir tenter des choses… et elles ont toutes marché ! Y aura-t-il un jour une caméra sur le terrain pendant un coup de pied arrêté (il y en a déjà à la fin d’un match aujourd’hui, avec de gros plans sublimes sur les joueurs) ? Quoi qu’il en soit, Twitch a prouvé une nouvelle fois qu’il savait se mettre au niveau des émissions professionnelles.