Disponible depuis quelques jours seulement, Marvel Snap est un jeu de cartes qui risque fort de vous rendre accro. On vous explique pourquoi.

Si vous traînez un peu sur le classement des jeux les plus téléchargés du Play Store ou de l’App Store, vous avez dû apercevoir Marvel Snap dans les premières positions. Si vous êtes fan de ce type de jeu, vous avez même déjà dû y jouer. Pour tous les autres, on vous fait découvrir le jeu de cartes du moment. Mais attention, l’addiction vous guette !

Qu’est-ce que Marvel Snap ?

Marvel Snap est un jeu de cartes existant uniquement en format numérique (pas en physique donc), à la manière d’Hearthstone, sur iOS, Android et PC (et Mac avec puce Apple, sur lesquels vous pouvez télécharger la version iOS).

La comparaison avec son concurrent de chez Blizzard n’est pas anodine, puisque le patron du studio de développement est Ben Brode, ancien directeur et visage public… d’Hearthstone. On sent d’ailleurs une certaine affiliation entre les deux jeux — sur bien des aspects.

C’est un jeu d’affrontement pour deux joueurs, free-to-play, basé, comme l’indique son titre, sur la licence Marvel. Il dispose à l’heure actuelle d’un casting plutôt impressionnant, avec plus de 200 personnages.

Il est sorti le 18 octobre 2022, après quelques mois de beta fermée.

Comment ça fonctionne ?

Marvel Snap propose un gameplay plutôt simple comparé aux autres jeux du même genre.

Chaque joueur dispose d’un deck (un paquet) de douze cartes, en pioche trois dans sa main de départ, puis une supplémentaire au début de chacun des six tours que dure une partie.

Les cartes représentent chacune un personnage de l’écurie Marvel (Elektra, Blade, Spider-Woman, Hulk…), avec un coût, un niveau de puissance et potentiellement une capacité spéciale.

Au début de chaque tour, les joueurs reçoivent une énergie supplémentaire pour jouer leurs cartes. Une énergie au premier tour, deux au deuxième, trois au troisième… Si elle n’est pas dépensée, elle est perdue et n’est pas conservée pour le tour suivant.

Simultanément, les joueurs dépensent cette énergie pour poser une ou plusieurs cartes sur trois emplacements, qui disposent également d’effets. Ils peuvent affecter les cartes posées, celles dans les mains des joueurs ou encore donner un bonus le temps d’un tour. Il y en a plus de 70, et trois sont pris au hasard à chaque partie. Mais leurs effets ne sont pas connus à l’avance : le premier emplacement est dévoilé au début du premier tour, le suivant au deuxième tour, et le dernier au début du troisième tour.

Le but du jeu est de remporter la majorité de puissance sur au moins deux des trois emplacements à la fin du sixième et dernier tour.

Une partie de Marvel Snap
Un match remporté avec brio. // Source : Capture d’écran par Sébastien Goetz pour Numerama

On gravit les échelons du classement en gagnant des « cubes ». De base, une victoire rapporte deux cubes, une défaite en fait perdre deux. Mais, une fois par partie, chaque joueur a la possibilité de « snaper », s’il se sent en confiance, ou pourquoi pas pour bluffer. Chaque snap double les gains, mais aussi les pertes. Si les deux joueurs snapent, il est donc possible de gagner, ou de perdre, huit cubes en une seule partie. Heureusement, un astucieux système de retraite permet de limiter les pertes si la partie est mal engagée.

Chaque partie rapporte des crédits, des boosters pour pimper ses cartes, et de l’expérience pour avancer dans le season pass. Les améliorations de cartes sont purement esthétiques (effet 3D, brillant, etc.), mais c’est de cette manière qu’on obtient de nouvelles cartes : chaque amélioration fait grimper notre niveau de collection, et on reçoit de nouvelles cartes aléatoires à intervalles réguliers.

Quelques ratés…

Tout n’est pas parfait dans Marvel Snap, et quelques petits problèmes de jeunesse viennent entacher l’expérience.

L’interface sur PC, tout d’abord. Certes, le jeu est encore en accès anticipé, mais il n’empêche qu’il s’agit purement et simplement d’une émulation de la version tablette. On se sent tout de même à l’étroit sur notre grand écran, coincé dans des dimensions d’appareil mobile. Mais tout devrait rentrer dans l’ordre courant d’année prochaine, quand une vraie interface pour ordinateur devrait être proposée.

On est également un peu limité en termes de modes de jeu. Limité est un euphémisme, puisqu’il y en a en tout et pour tout… un seul : le mode classé contre des inconnus. Là encore, les concepteurs ont promis des ajouts en 2023 : un mode non classé, parfait pour tester ses decks sans perdre des places durement acquises au classement, et la possibilité de jouer contre un ami — mode qui manque cruellement dans cette première version.

Ayant commencé à y jouer dès le jour de sa sortie, nous sommes souvent tombés contre des bots. Le nombre croissant de joueurs devrait remédier à ça. Dans tous les cas, à mesure de monter dans le classement, leur fréquence diminue, jusqu’à totalement disparaître.

Terminons par un problème propre à la version francophone. Cette dernière souffre en effet de quelques constructions syntaxiques un peu biscornues, mais surtout de quelques erreurs de traduction dans l’effet des cartes. On vous conseille de découvrir le jeu en français, pour bien en comprendre tout le fonctionnement, puis, si vous êtes à l’aise en anglais, de basculer en version originale.

… mais beaucoup de bonnes idées

Ces quelques petits soucis n’arrivent pas à gâcher les très nombreuses bonnes idées du jeu.

À commencer par ses règles : Marvel Snap est vraiment très simple à comprendre. Tout est visible, les seules inconnues résident dans les cartes de la main et du deck de l’adversaire. Les capacités des personnages ou les effets des emplacements tiennent en deux lignes tout au plus. Et chaque partie dure environ cinq minutes au grand maximum.

La taille réduite des decks, douze cartes seulement, aide également à rendre le jeu accessible. Nettement plus que ses concurrents Hearthstone, Runeterra ou Magic.

Le jeu n’en est pas moins tactique. Il demande de l’anticipation, du bluff, et surtout une bonne connaissance des cartes à disposition de l’adversaire. Le hasard est tout même présent, et chaque partie peut potentiellement basculer sur un détail.

Rassurez-vous, vous n’avez pas à apprendre par cœur les 200 cartes du jeu. Ces dernières sont classées par palier. Il en existe trois pour le moment, et vous passerez au suivant en augmentant votre niveau de collection. L’ordre d’attribution des nouvelles cartes au sein d’un palier est aléatoire. Vous pouvez par exemple récupérer rapidement Carnage et attendre quelque temps pour obtenir Wolverine, quand ça sera peut-être l’inverse pour un autre joueur. Dans tous les cas, vous êtes assuré d’avoir toutes les cartes du premier palier avant de passer au deuxième. Ce système permet notamment de rencontrer beaucoup de decks différents, plutôt que de tomber toujours sur les mêmes cartes.

Collection de cartes Marvel Snap
Une belle collection. // Source : Capture d’écran par Sébastien Goetz pour Numerama

Mais surtout, le jeu est entièrement free-to-play, et, plus important encore, en aucune manière pay-to-win. Vous pouvez bien sûr dépenser de l’argent, mais ce sera uniquement pour acheter des variantes de cartes (une illustration alternative, en mode pixel, etc.). De la même manière, le season pass propose régulièrement des étapes gratuites, et si vous choisissez de le payer, ce sera essentiellement pour soutenir le jeu. En dépensant de l’argent, on peut tout de même accélérer sa collection.

Le design n’est pas en reste, et les illustrations des cartes sont toutes très réussies. Si, en plus, vous êtes fan de l’univers Marvel, vous aurez tout loisir d’admirer vos personnages fétiches.

Captain Marvel dans Marvel Snap
Toutes les variantes de Captain Marvel. // Source : Marvel

Tous ces éléments mis bout à bout rendent le jeu vraiment plaisant, et surtout hautement addictif. L’effet de nouveauté aidant, de nombreux créateurs de contenus, sur YouTube ou Twitch, s’y sont mis. Quoi qu’il en soit, vous auriez tort de ne pas au moins essayer quelques parties, le temps d’un trajet en transport ou d’un passage aux toilettes. Pour, pourquoi pas, remplacer Nick Fury.

Des conseils pour débuter

On termine par quelques conseils pour débuter dans le jeu… et surtout pour vous éviter de faire les mêmes erreurs que nous :

  • Améliorez vos cartes quand vous le pouvez, mais une seule fois chacune pour commencer. C’est en effet la première amélioration de chaque carte qui est la plus rentable.
  • N’achetez pas les améliorations dans la boutique, elles coûtent plus cher en crédits, et vous finirez par récupérer les boosters qu’il vous faut.
  • De nouvelles missions arrivent tout au long de la journée. Faites-les pour gagner un maximum de crédits et de points d’expérience pour le season pass.
  • Économisez votre or pour le moment. Si vous souhaitez vraiment le dépenser, utilisez-le pour rafraîchir vos missions quotidiennes — c’est nettement plus rentable que d’acheter directement des crédits dans la boutique.
  • De nombreuses chaînes YouTube proposent déjà du contenu pour le jeu. Notre préférée est celle de Faberstein et Neandril, qui publient régulièrement des présentations de decks, des explications de règles et autres astuces pour débuter dans Marvel Snap.

Le verdict