L’entreprise Polium a annoncé la première console de jeux vidéo conçue autour du Web 3.0. Ce qui ne veut absolument rien dire.

« Voici la Polium One, une console ‘multi-chain’ conçue pour le Web 3 Gaming », peut-on lire dans un tweet lunaire publié le 2 juillet. Cette annonce prête bien évidemment à sourire. On s’imagine d’ailleurs déjà prendre les paris : cette console n’existera jamais et finira vite dans les limbes des projets de fumistes ayant pour unique fondation la volonté de surfer sur des buzzwords à la mode (ici, le web3).

Face à la levée de boucliers quasi immédiate, l’entreprise Polium a tenu une défense audacieuse. « Beaucoup de critiques et de retours mitigés. Web 3 Gaming sera le futur. Nous aurons un prototype fonctionnel bien avant de lancer les précommandes ou le financement participatif », déclare-t-elle avec arrogance et assurance le 4 juillet. Sony, Microsoft, Nintendo ou encore Valve n’auraient donc rien compris au jeu vidéo de demain.

Polium One
Polium One // Source : Polium

Personne n’en rêvait, Internet l’a quand même fait

C’est quoi au juste, une console conçue pour le Web 3 Gaming ? Un appareil lié à plusieurs plateformes de cryptomonnaies (exemple : Ethereum) pour favoriser les transactions. Grâce à lui, on pourrait télécharger des jeux vidéo et des applications, mais aussi accéder à des Métavers. Et, bien sûr, il y aura des NFT pour acheter/échanger des objets virtuels pour des prix exorbitants — le rêve d’Ubisoft. Bref, c’est le futur, vous dit-on !

Sauf que quand on regarde le site officiel, et la FAQ qui est déjà disponible pour répondre à toutes nos interrogations (non), on peut dénicher des indices d’une vaste farce à laquelle aucune personne sensée ne croirait. Le logo ne vous rappelle rien ? Oui, c’est quasiment celui de la GameCube Nintendo. Un point dont se défend Polium : « Nous n’avons pas copié le logo de la GameCube de Nintendo. Il y a plusieurs entreprises qui utilisent un logo similaire. Mais nous allons proposer un logo qui sera plus original. »

Polium GameCube

Le logo n’est pas le seul élément copié : parmi les fonctionnalités de la Polium One, il y aura un onglet de sécurité baptisé TouchID, intégré à la manette (qui ressemble à celle de la PS4 et aurait un retour haptique comme la DualSense de la PS5). Oui, comme le capteur d’empreintes d’Apple. Polium n’aurait vraiment peur de rien. Pour preuve, la firme annonce des caractéristiques vertigineuses : rendu en 4K voire 8K HDR, ray tracing, framerate à 120 fps… Comme la Xbox Series X et la PS5, qui ont bien du mal à offrir de la 4K native à 60 fps.

Vous n’avez pas encore suffisamment ri ? Jetez un œil à la FAQ, qui répond aux questions avec des phrases très courtes, trahissant le fait que Polium ne propose pour le moment que du vent. Les jeux prévus ? « Nous sommes en discussion avec plusieurs développeurs », sans en citer aucun. Les caractéristiques détaillées ? « Nous voulons concevoir une console avec des hautes performances. Les caractéristiques affichées sur le site ne seront pas confirmées avant d’avoir un prototype fonctionnel », sachant que la communauté aidera à bâtir la console (selon un communiqué publié sur Medium). Il y a donc une contradiction : d’un côté, on aura un prototype avant le lancement des précommandes, de l’autre, la communauté de backers pourra agir sur la fiche technique. Le lancement ? 2024 pour les membres fondateurs, 2025 pour le grand public. 

On espère sincèrement que c’est un troll qui a loupé la fenêtre du 1er avril. Sinon, on lui prédit un destin à la Ouya