À la veille des législatives, voyons comment les députés ont occupé l’arène de Twitter pendant ces cinq dernières années. De juillet 2017 à mars 2022, ils ont tweeté près de 2 millions de fois :  Wedodata a collecté et exploré ce corpus. Retour en graphiques sur ces millions de textes qui en disent long sur leurs obsessions et leurs stratégies d’occupation du réseau social.

Twitter fait office d’arène politique bien connue de ses utilisateurs et utilisatrices. Les députés s’y expriment pour commenter l’actualité, s’adresser aux acteurs et actrices de leur circonscription, fustiger les positions et votes des partis adverses ou encore promouvoir leur passage dans les médias. Les quelque 280 signes sont parfois accompagnés d’entités bien connues : les hashtags, pouvant résumer à eux-seuls le contenu du tweet. 

Sur la totalité du corpus, près de la moitié contient des hashtags. Les députés en ajoutent donc en moyenne une fois sur deux à leurs tweets. Depuis 2017, cette proportion est restée relativement stable et le nombre total de tweets annuels de l’hémicycle aussi.

Les députés fidèles du hashtag : des plus visibles aux profils moins connus

Parmi les 20 plus actifs en total de tweets, tous n’ont pas le même usage du hashtag. Avec près de 20 500 posts, Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) n’est pas le premier « tweeto » du réseau — Louis Aliot (Rassemblement national) l’est avec plus de 27 500 tweets sur 5 ans, soit une moyenne de 15 par jour.

Le député LFI peut néanmoins se vanter d’être son premier « hashtageur ». Il en rajouté dans près de 15 500 de ses tweets, soit 75 % du total de son corpus.

Sur Twitter, un mot-dièse sert techniquement à mieux référencer son propos en lui apportant du contexte : les internautes qui cliqueraient sur le hashtag pourraient aller voir les autres tweets qui l’ont utilisé, et donc prendre connaissance d’autres opinions sur le sujet.

Ce classement révèle par ailleurs quelques noms de députés moins connus du grand public. C’est le cas de Josy Poueyto en 6e position sur 20 (en total de tweets), députée MoDem de la 1re circonscription des Pyrénées-Atlantiques. À son actif : près de 20 000 tweets, et plus de 7 500 publications hashtaguées. Durant son mandat, la députée était principalement chargée de la programmation militaire. En atteste un de ses hashtags les plus utilisés : « #Barkhane », renvoyant à l’opération militaire menée au Sahel par l’armée française.

Autre apparition plus attendue, étant donné ses nombreuses prises de parole déroutantes : Joachim Son-Forget, 20e de ce classement. Relativement à l’ensemble de ses publications, son usage du hashtag n’est pas des plus actifs : moins de 10%. L’ex-député LREM, qualifié par certains de « troll politique », a suscité la polémique sur Twitter à plusieurs reprises. En septembre 2018, il prend la défense du forain Marcel Campion qui tenait des propos jugés homophobes. Quelques mois plus tard, ses déclarations sexistes visent la sénatrice écologiste Esther Benbassa. En avril 2020, il usurpe l’identité d’Emmanuel Macron. Plus récemment, le député modifie son nom et le remplace par celui de Donald Trump. Son compte est depuis suspendu… mais laisse quelques traces de ses lubies : après #COVID19, son deuxième hashtag le plus utilisé est #NouvellePhotodeProfil. Des tweets sans texte qu’il accompagne systématiquement de photo-(montages) atypiques…

À en croire l’actuel compte de Coralie Dubost, la députée LREM ne cumulerait que 9 tweets et 14 abonnés. Le compte actuel @dubost_coralie a en fait été créé… début mai 2022. Si elle se retrouve en 17e position dans notre corpus, c’est que jusqu’ici la députée s’exprimait sur un autre compte qui a cumulé plus de 16 700 tweets en cinq ans. Ce rafraîchissement de page est sans doute lié aux révélations de Médiapart à propos de la gestion de ses frais de mandat. À quelques jours des législatives, l’élue est en effet épinglée pour avoir utilisé l’argent public pour ses dépenses personnelles.

Des hashtags d’amours territoriaux ou spécifiques : quelles sont les thématiques privilégiées ?

Peuvent se dégager chez les « hashtageurs » avertis quelques obsessions thématiques, souvent liées à leur circonscription ou leurs engagements. Les hashtags sont ici décomposés par député, de manière à faire ressortir ceux qui en intègrent le plus à leurs tweets. Un cercle correspond à un hashtag et sa taille est proportionnelle au nombre de fois qu’il a été utilisé par le député.

Il en ressort que Jean-Luc Mélenchon en utilise de manière homogène, avec en tête #BFMTV, renvoyant à ses prises de parole sur la chaîne d’information en continu. Lorsqu’il ne fait pas dans l’auto-promotion médiatique, le chef de file de LFI parle de #Marseille (dont il est député dans la 4e circonscription) et de #GiletsJaunes. 

La dispersion est plus nette chez d’autres députés, pour qui se dégagent quelques sujets fétiches. Adrien Quatennens (LFI) ou Sébastien Nadot (Liberté et Territoires, ex-LREM) sont, par exemple, adeptes de #Lille et de #Melenchon pour l’un, du #Yemen pour l’autre. Ce dernier reproche notamment à la France de vendre des armes à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes inis, parties prenantes du conflit en cours au Yémen. Il était même allé jusqu’à brandir une banderole « La France tue au Yémen » dans l’hémicycle.

Matthieu Orphelin est l’un des rares députés de cette liste où l’obsession thématique l’emporte sur l’amour de sa circonscription : l’élu écologiste ne cesse de rappeler les mesures prises (et à prendre) face à l’urgence climatique avec son #climat. 

Les obsédés du hashtag

Avoir des hashtags de prédilection est une chose, en utiliser à profusion en est une autre. Certains de nos élus et élues adossent à chacun de leur tweet 3, 4, 5… parfois même 19 étiquettes en même temps !

Gwendal Rouillard (LREM) gagne ainsi la palme du tweet le plus fourni en hashtags : fier de sa région, le député alterne 11 fois #emojibzh et #GwennHaDu, mentions soutien à la création de l’emoji « drapeau breton », totalisant ainsi 22 hashtags.

Chez les plus régulièrement prolifiques, Patrick Loiseau, député MoDem, présente un impressionant panel de mots-dièse. On compte parmi ses insertions fétiches quelques territoires ; la #Vendée, #larochesuryon, le #PaysdelaLoire, et la ferveur du sport avec #Tokyo2020, #AllezLesBleus et #champion.

Avec en moyenne 4 hashtags par tweet (contre 2,5 pour l’ensemble du corpus), il arrive en tête de ce classement.  

Cet article et ses graphiques ont été réalisés par Lina Kortobi pour WeDoData, qui a également créé un bot sur Twitter intitulé Tweets de députés, qui permet de plonger avec des mots clés dans les gazouillis des élus. Foncez l’essayer !