SpaceX a été victime d’une tempête géomagnétique peu après le décollage d’une mission Starlink. Les perturbations ont été si fortes que l’entreprise a perdu 40 des 49 satellites lancés début février.

L’espace est difficile, a-t-on coutume de dire. Il peut aussi être dangereux, pour les équipages comme pour les matériels. SpaceX peut malheureusement en témoigner : dans un message publié le 8 février, l’entreprise américaine annonce avoir été victime d’une tempête géomagnétique qui a lourdement affecté une récente mise en orbite de satellites Starlink.

Ce qu’on appelle tempête géomagnétique, ou orage magnétique, désigne une réaction de la magnétosphère de la Terre à l’activité du Soleil. Lorsque l’étoile projette une grande quantité de particules vers la Terre, sous la forme d’un « vent solaire », sa magnétosphère, qui est générée par son champ magnétique, s’agite sous l’effet de cette interaction.

eruption solaire soleil nasa
« Oh, désolé 😏 ». // Source : NASA/GSFC/SDO

La manifestation la plus visible d’une tempête géomagnétique est l’apparition des aurores polaires, qui sont des sortes de traînées verdâtres situées dans la haute atmosphère — l’ionosphère. Mais un autre signe de ce genre d’orage peut être les perturbations que subissent les satellites en orbite autour de la Terre, parce qu’ils sont davantage exposés à ce vent solaire.

L’orage magnétique entraîne la perte de 40 satellites Starlink

C’est la situation rencontrée par SpaceX au début du mois de février. Le 3, la firme a procédé au lancement d’une fusée Falcon 9, avec à son bord 49 satellites Starlink. Parti depuis la Floride, le vol a procédé à la libération des engins à 210 kilomètres d’altitude. Ils devaient ensuite rejoindre leur orbite finale, située quelques centaines de kilomètres plus haut.

Mais les choses se sont mal passées. « Malheureusement, les satellites déployés jeudi [3 février] ont été fortement affectés par une tempête géomagnétique vendredi. Ces tempêtes provoquent un réchauffement de l’atmosphère et une augmentation de la densité atmosphérique à nos basses altitudes de déploiement », commente l’entreprise.

SpaceX Falcon 9 Starlink
L’espace est difficile, dangereux, mais reste motivant. SpaceX en verra d’autres. // Source : SpaceX

Ces variations dans l’atmosphère ont eu pour conséquence d’accroître la trainée atmosphérique des satellites pendant leur phase ascensionnelle, selon SpaceX. Cette trainée a été augmentée jusqu’à 50 % par rapport aux mesures observées lors de précédents lancements, signe, ajoute SpaceX, de la « sévérité » de l’orage magnétique qui s’est abattu sur la Terre

L’entreprise indique que l’équipe en charge des satellites les a placés « en mode de sécurité, c’est-à-dire qu’ils ont volé sur le côté (comme une feuille de papier) pour minimiser la traînée — pour se mettre efficacement à l’abri de la tempête ». Mais ça n’a pas suffi. Les satellites n’ont pas pu quitter ce mode de sécurité pour rejoindre correctement leur orbite.

La perte pour SpaceX est importante : sur les 49 satellites de ce lot parti au début du mois de février, « jusqu’à 40 des satellites rentreront ou sont déjà rentrés dans l’atmosphère terrestre », chiffre le groupe. Une perte importante, mais que la société compensera bien vite : elle a pour 2022 des objectifs particulièrement exigeants en matière de fréquence de missions.