Contrairement à ce que l’on aurait pu penser, le gouvernement n’a pas annoncé de durcissement des mesures du confinement. Voici toutes les annonces de ce point d’étape du deuxième confinement, ce 12 novembre 2020.

Depuis le 30 octobre 2020, la France est à nouveau confinée, bien que ce soit dans une mouture beaucoup plus épurée qu’en mars/avril 2020. Durant l’annonce, Emmanuel Macron a indiqué qu’un bilan d’étape serait réalisé tous les 15 jours, afin de faire le point sur l’état de la circulation du coronavirus, et faire évoluer ou non les mesures en conséquence.

C’est justement l’objet de ce point presse, tenu par le Premier ministre Jean Castex. Voici ce qu’il faut retenir ce bilan d’étape, 15 jours après le début du reconfinement.

Bilan des 15 premiers jours de reconfinement

« L’impact sanitaire de l’épidémie reste très lourd. Le nombre de décès continue d’augmenter », constate le Premier ministre, citant le chiffre de 42 500 décès en France depuis le début de la pandémie. « Aujourd’hui, un décès sur quatre est dû au virus. »

Jean Castex a par ailleurs rappelé que la pression sur le système hospitalier s’est fortement accrue : une hospitalisation toutes les 30 secondes, et une admission en réanimation toutes les 3 minutes, et 40 % des personnes admises en réanimation ont moins de 65 ans. Le Premier ministre a ajouté que le pic du mois d’avril est dépassé. « Aujourd’hui, ce sont 4 803 malades de la Covid qui sont prises en charge dans les services de réanimation », ce qui correspond à 95 % des capacités de réanimation.

Jean Castex le 12/11/20 et l’évolution des cas covid // Source : Gouvernement / Youtube

Les effets mesurés à l’heure actuelle sont « cohérents » avec que ce le gouvernement recherche, a expliqué Jean Castex. Il relève une réduction forte des déplacements entre le domicile et le travail (inférieurs à ce qu’ils étaient en septembre dernier) ; la fréquentation des transports a fortement baissé (-55 % d’usage du métro parisien) ; les déplacements en train longue distance ont chuté de 85 %. Le Premier ministre s’est félicité d’un recours important au télétravail.

Transports Jean Castex // Source : Gouvernement / Youtube

Le nombre de nouvelles contaminations a ralenti depuis une semaine : une baisse de l’ordre de 16 %, a indiqué le Premier ministre. Cela traduit, a-t-il indiqué, une « inflexion », et une baisse du taux de reproduction. Cette tendance est toutefois « fragile », d’autant que l’impact n’est pas encore visible sur les hospitalisations. Le Premier ministre en appelle donc à la prudence et au maintien de la vigilance.

Règles sanitaires et contrôles

Les règles de ce deuxième confinement n’évoluent pas, en ce 12 novembre. « Il serait irresponsable d’alléger ou même d’alléger le dispositif dès maintenant », a expliqué le Premier ministre, pour expliquer pourquoi les règles restent inchangées.

« Nous constatons un respect encore insuffisant des règles », a toutefois souligné Jean Castex. Il a évoqué 581 000 contrôles, 72 000 verbalisations dont 300 concernant l’ouverture irrégulière d’établissements recevant du public. Les contrôles policiers seront donc renforcés (principalement à Paris, Île-de-France, grandes métropoles). C’est ce qu’avait demandé le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, en début de semaine, appelant à renforcer ces contrôles de la part des policiers. « Au-delà des contrôles, j’en appelle au civisme », a conclu Jean Castex sur ce sujet.

Des premières mesures d’allègement pourraient intervenir à partir du 1er décembre si la tendance positive se confirme. «  La réouverture ne pourrait s’envisager que sur la base d’un protocole renforcé », a précisé le Premier ministre. Les bars, restaurants, salles de sport ne seront pas concernés par cette potentielle réouverture.

État des lieux des contrôles, présenté par Jean Castex le 12 novembre. // Source : Gouvernement / Youtube

Écoles, collèges, lycées toujours ouverts

Le gouvernement aurait envisagé pendant un temps de fermer, finalement, au moins les collèges et les lycées. Ce ne sera pas la direction choisie pour les deux premières semaines. En revanche, afin de limiter le brassage des élèves, le gouvernement appelle à renforcer les mesures, en concertation avec l’Éducation nationale. Des adaptations locales correspondant à la réalité locale seront possibles pour les lycées, a ajouté par la suite le ministre de l’Éducation nationale — 50 % du temps scolaire devra cela dit, quoi qu’il en soit, se passer en présentiel.

1600 emplois étudiants seront également créés d’ici janvier.

Commerces : fermeture maintenue

Aucune évolution non plus n’est prévue à court terme pour les commerces classés comme non essentiels : leur fermeture est maintenue pour les 15 prochains jours. Certains commerces pourront potentiellement rouvrir à l’horizon du 1er décembre si la tendance positive se confirme.

Emplois et télétravail

Les dispositifs de chômage partiel sont poursuivis. Par ailleurs, « tout doit être fait pour éviter la bascule dans la précarité » pour celles et ceux qui ont perdu leur emploi : les droits à l’assurance chômage vont être prolongés pendant le temps du confinement, lorsqu’on est en fin de droit. « Nous avons conscience que la situation est difficile pour un grand nombre de demandeurs d’emploi », a commenté la ministre du Travail.

Le recours au télétravail est actuellement de 45 %, a indiqué Jean Castex le 12 novembre. // Source : Gouvernement / Youtube

« Il y a encore des marges de progrès pour que les employés télétravaillent », a souligné Élisabeth Borne, insistant sur l’importance de ces mesures de distanciation pour les entreprises qui le peuvent.

Pour venir en aide aux TPE et PME, le ministre de l’Économie a annoncé un crédit d’impôt de 50 % pour les bailleurs de ces entreprises faisant l’impasse sur le loyer du mois de novembre.

État des lieux du télétravail, lors du point presse du 12 novembre, par la ministre du Travail Elisabeth Borne. // Source : Gouvernement

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo