Le 14 juin au soir, le président de la République Emmanuel Macron a diffusé une adresse aux Françaises et aux Français, pour faire le point sur le coronavirus. Voici ce qu'il faut retenir.

Cela fait un peu plus d’un mois que le déconfinement a commencé et seulement quelques semaines que la phase deux, plus permissive, a été officiellement actée. Françaises et Français ont retrouvé la plupart de leurs libertés, mais certains secteurs ont été encore très contraints — notamment la restauration et le tourisme. De plus, les questions des sports, des concerts et autres rassemblements et bien entendu, de la scolarité, n’avaient toujours pas été tranchées pendant cette phase.

Au soir du 14 juin, le président de la République a évoqué les pistes pour l’avenir — des libertés individuelle, mais également de la France. Numerama résume ces annonces, qui doivent permettre de, « vivre mieux et vivre heureux  », d’après les mots d’Emmanuel Macron.

Les nouvelles dates du déconfinement

Le président de la République a annoncé plusieurs mesures fortes liées à la crise sanitaire et à la propagation du virus, certaines prenant effet dès le 15 juin. Satisfait, mais sans crier victoire sur un virus « qui sera longtemps avec nous  », le président a tracé les grandes lignes de la fin des règles établies pour le confinement.

Dès le 15 juin

  • Tout le pays passera en zone verte sauf la Guyane et Mayotte.
  • Tous les restaurants et cafés rouvriront
  • Les visites en Ehpad reprendront
  • Les frontières seront rouvertes avec l’Europe

Dès le 22 juin

  • En hexagone, les crèches, écoles et collèges rouvriront de manière obligatoire, sur les règles traditionnelles de la scolarité

Le 28 juin

  • Les élections municipales auront lieu

Le 1er juillet

  • Les frontières seront ouvertes aux pays où l’épidémie est contrôlée

« Nous allons retrouver notre art de vivre et notre goût de la liberté. En somme, nous allons retrouver pleinement la France », a-t-il conclu.

Emmanuel Macron a également tenu à féliciter les Françaises et les Français pour l’effort collectif qui a été fait. « Si nous pouvons rouvrir le pays c’est parce qu’à chaque étape, chaque citoyen a pris sa part. » Le président a affirmé que le déconfinement a été planifié de manière méthodique et que la France a « bien fait  ».

Les axes de la reconstruction de la France

Mais le discours a également été l’occasion de rappeler que la crise sanitaire est loin d’être terminée, notamment car le pays doit reprendre son activité. Le président entend tirer «  toutes les leçons » de cette période, afin de savoir ce qui a bien été fait et ce qui a été « moins bien fait que chez nos voisins  ». L’objectif le plus important, pour l’heure, est de construire une économie « forte, souveraine, écologique et solidaire ». Pour cela, Emmanuel Macron a évoqué 3 axes.

« Nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant les impôts  », a-t-il garanti, avant de poursuivre, augurant un monde d’après qui ressemble fort au monde d’avant en plus intense : « travailler et produire davantage pour ne pas dépendre des autres  ». Malgré les « faillites  » qui auront lieu, prévient Emmanuel Macron. Ce « pacte productif  » devra tout à la fois créer des emplois, sauvegarder les emplois actuels et penser à une reconstruction de l’avenir tournée vers l’écologie et, affirme Emmanuel Macron, par la création des « métiers de demain  ».

Cette relance qui devra être également « sociale et solidaire  » passera enfin par un investissement massif pour l’instruction et les emplois de la jeunesse. Concluant sur l’économie, Emmanuel Macron a félicité le pacte avec l’Allemagne autour d’un emprunt collectif, qu’il estime être un pas symbolique vers une Europe « plus forte, plus solidaire et plus souveraine  », capable de lutter contre les « États-Unis et la Chine  ».

Dans un second temps, le Président a reconnu que les discriminations étaient encore présentes en France, que « le nom l’adresse, la couleur de peau réduisent encore trop les chances de chacun ». Il a en revanche condamné le « communautarisme  » et les divisions, finissant par affirmer l’ordre républicain autour des « policiers et des gendarmes  ». Une transition difficile, alors qu’aux États-Unis et en France, les violences policières et la dénonciation du racisme dans la police sont les éléments clefs de nombreuses révoltes. La nécessité de s’unir autour de la République a été évoquée.

Le troisième axe de la reconstruction avancé par Emmanuel Macron pourrait être regroupé sous le terme de la décentralisation. Dans son adresse, le président a reconnu que les régions et les départements avaient été des bassins de créativité et des exemples pour la France et devaient avoir plus de pouvoir. « Tout ne peut pas être décidé si souvent à Paris  », a-t-il affirmé, évoquant des responsabilités et des libertés inédites pour les collectivités.

Pour conclure, Emmanuel Macron a donné rendez-vous en juillet pour préciser ces grandes lignes directrices qui formeront la reconstruction de la France.

Partager sur les réseaux sociaux