Voici ce qu'il faut éviter ou privilégier pour nettoyer et désinfecter vos masques fait maison pour vous protéger du coronavirus.

Une situation de pandémie implique de respecter un certain nombre de bonnes pratiques au quotidien. S’il est vrai que toutes ces règles peuvent occasionner une sensation de pression psychologique, elles sont tout bonnement essentielles pour sortir d’une crise sanitaire inédite dans l’ère contemporaine. Parmi ces règles, il y a, par exemple, le fait de se débarrasser immédiatement des emballages dès que l’on rentre de courses et de désinfecter le reste. Pareillement, si les masques fait maison sont encouragés, il ne faut pas utiliser n’importe quel matériau.

Ces masques ne doivent pas non plus être lavés n’importe comment. De nombreux conseils relativement mauvais circulent sur les réseaux sociaux. On fait le point sur les bonnes méthodes pour nettoyer vos masques en tissu… et exclusivement vos masques en tissu car, pour rappel, les masques chirurgicaux sont à usage unique après quelques heures d’utilisation. Ils doivent être jetés.

Les masques en tissu peuvent être réutilisés à condition d’être régulièrement lavés. Mais même ces masques-là doivent être changés au bout d’un moment. // Source : Pixabay

La meilleure solution

Toutes recommandations sérieuses confondues, comme celles de l’Afnor, la meilleure solution pour laver vos masques en tissu est de les passer à la machine à laver, dans un cycle de minimum 30 minutes et à 60 degrés (56 degrés étant la température qui tue le coronavirus après un certain temps). Vous pouvez mélanger votre masques avec, par exemple, des chiffons ou des draps qui se lavent à cette même température. Il faudra alors utiliser votre lessive habituelle et ne rajouter aucun autre produit, même pas de l’adoucissant.

Attention : il semblerait qu’il soit préférable de ne pas laisser le masque sécher trop longtemps à l’air libre. Si vous avez un sèche-linge, il faut y placer votre masque, mais sinon vous pouvez aussi accélérer le processus au fer à repasser ou au sèche-cheveu (par contre, vous ne pouvez pas nettoyer votre masque avec un fer à repasser ou un sèche-cheveu, nous y reviendrons).

Ce qu’il faut proscrire

De manière générale, la javel fait partie du fléau ménager de ce confinement. Beaucoup de mauvaises interprétations et de conseils hasardeux ont mené une partie de la population à laver les courses à la javel, par exemple, alors même que c’est dangereux pour la santé et pour l’environnement. C’est un produit extrêmement toxique et corrosif. De fait, concernant le nettoyage des masques, vous risquez de vous faire plus de mal que de bien en utilisant de la javel, mais aussi de dégrader le tissu, le rendant alors tout simplement inefficace en matière de filtration. Même problème pour un lavage à l’aide d’alcool, cela altérera le masque.

Il existe également quelques « légendes » sur le lavage des masques, qui n’ont aucune efficacité prouvée.

  • D’abord, il y a la méthode la plus absurde, mais que l’on doit malgré tout citer : non, passer un coup de sèche-cheveux sur le masque ne suffit pas (et c’est même une catastrophe, vous risquez de propulser le pathogène un peu partout dans la pièce).
  • Ensuite, il y a cette idée reçue qu’un passage au four ou au micro-ondes permettrait une désinfection : aucun faisceau de preuves scientifiques ne prouve que c’est efficace. Et cela peut même déclencher des incidents domestiques. Il faut éviter.
  • La désinfection par lampe à UV qui fleurit dans les publications sponsorisées sur les réseaux sociaux n’a été démontrée fonctionnelle que dans certaines expériences de laboratoire et à une très grande concentration d’UV-C, les plus dangereux pour la peau et les yeux, confirme un spécialiste de la désinfection médicale à la BBC. Les machines portables vendues quelques dizaines d’euros ne seront pas suffisantes et les plus puissantes ne sont pas recommandées pour un usage grand public.
  • Enfin, passer le masque au fer à repasser n’est pas non plus utile pour désinfecter : la température du fer est assez élevée, mais ce n’est pas suffisant.

À noter qu’un masque endommagé, par exemple avec une déchirure ou un trou, est un masque sans plus aucune utilité. Pas la peine de le nettoyer ou d’essayer de le réparer : changez-en.

À faire modérément

Une solution intermédiaire est de laisser votre masque dans un sac hermétique, après utilisation. Il faudra l’y laisser au moins de 72 heures. L’idée est effectivement d’attendre que la charge virale du virus soit devenue ineffective. En effet, la plupart des études scientifiques ne montrent pas une présence active de SARS-CoV-2 sur des surfaces après 72h grand maximum ; mais ces études restent préalables alors, par sécurité, on aurait tendance à vous suggérer de les laisser patienter davantage dans leur sac ou boîte. Cette technique suppose donc d’avoir plusieurs masques de rechange.

Placer votre masque dans de l’eau bouillante pendant une dizaine de minutes n’est pas une mauvaise idée en soi : oui, à de telles températures, il est sûr que votre masque sera désinfecté. Mais la limite n’est pas des moindres en fonction des matériaux utilisés (sans compter l’élastique de maintien) : votre masque risque de se détendre et de se détériorer avec cette pratique. Il perdra de son maintien sur le visage ainsi que, potentiellement, en efficacité. Si vous n’avez pas de machine à laver, cette méthode est une possibilité, mais ne laissez le masque que quelques minutes (une dizaine de minutes) dans l’eau portée à ébullition. Ne répétez pas cette méthode trop de fois sur un même masque, alternez avec d’autres.

En bref

Il faut essentiellement retenir que les produits comme la javel et l’alcool sont à proscrire absolument pour laver votre masque, et que la solution à préférer est un lavage en machine, avec d’autres linges pour garder la mécanique de lavage, à 60 degrés, avec une lessive classique.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo