Pour se faire rembourser une partie de leurs achats, de nombreux consommateurs se tournent vers le cashback. Mais celui proposé par la SNCF cache en fait un forfait payant et pas forcément avantageux. Le manque de transparence de cette pratique est aujourd’hui pointé du doigt.

Se faire avoir par une arnaque sur Internet, cela arrive à beaucoup d’entre nous. Annonces douteuses sur les réseaux sociaux, pratiques d’influenceurs frauduleuses, campagne de phishing en se faisant passer pour l’Assurance Maladie… les pièges ne manquent pas pour les consommateurs. Mais, si ça peut surprendre, c’est l’entreprise ferroviaire française qui est mise en cause pour des pratiques de cashback trompeuses avec la société Webloyalty. Au point que le gouvernement envisage la suppression de ce service discutable.

SNCF train intercités
Prendre votre billet de train peut vous mener à vous faire arnaquer. // Source : Alfenaar sur Flickr

Comment le cashback de la SNCF fonctionne-t-il ?

Le cashback est une pratique de plus en plus répandue. Celle-ci consiste à faire bénéficier de remises après achat les acheteuses et acheteurs d’un produit. Par exemple, vous achetez pour 70 euros de courses, et le cashback vous rembourse 10 % de cette somme, soit 7 euros, par virement bancaire ou chèque-cadeau. De nombreuses enseignes vous permettent de recevoir du cashback. Mais pour cela, vous devez télécharger une application ou souscrire à un abonnement payant d’une entreprise tierce spécialisée dans le cashback.

Et c’est là que l’offre de cashback de la SNCF devient problématique. Comme l’indique ce compte communautaire spécialisé dans le repérage des arnaques en ligne, après avoir acheté votre billet de train sur le site de la SNCF, « vous voyez un joli bouton qui vous propose un remboursement ! Vous vous dites alors ‘Super, je vais profiter de ce remboursement’… ». Le problème, c’est que vous n’apercevez peut-être pas le message affiché plus bas en petits caractères, qui précise que pour être remboursé d’une vingtaine d’euros, vous allez souscrire à un abonnement de cashback auprès de Webloyalty, partenaire de la SNCF. Pour pas moins de 18 euros par mois.

Le cashback de la SNCF, une fraude ?

Pour un internaute qui ne sait pas ce qu’est le cashback, les conditions de ce « remboursement » proposé par la SNCF peuvent ne pas être claires. Il est d’autant plus facile de se faire avoir et de baisser sa vigilance qu’il s’agit du site officiel d’une compagnie publique, que tout le monde connait. Et puis le design de cette offre de cashback incite à cliquer sur « Continuer » sans faire attention aux conditions : c’est ce que les spécialistes appellent les « dark patterns ».

Certains consommateurs dénoncent une pratique commerciale trompeuse. D’après la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, « Une pratique commerciale est déloyale lorsqu’elle est contraire aux exigences de la diligence professionnelle et qu’elle altère le comportement économique du consommateur normalement informé et raisonnablement attentif et avisé, à l’égard d’un bien ou d’un service. » Elle est interdite par l’article L. 121-1 du Code de la consommation.

Des utilisateurs en colère.

Le gouvernement se saisit de la question du cashback

Face aux dénonciations de Français victimes du cashback de la SNCF, c’est d’abord le député Philippe Latombe qui avait alerté en formulant une question au gouvernement en décembre 2022 : « On est en droit de s’interroger sur ce qui pourrait s’apparenter à de l’hameçonnage, le client peu averti ayant du mal à repérer qu’il bascule du site marchand sur lequel il s’est rendu en toute conscience et sans doute en toute confiance, sur celui de ‘Remises et Réductions’ ». Ce à quoi le gouvernement avait répondu que le cashback était une pratique légale, de plus en plus répandue dans le commerce en ligne.

Mais le député est revenu à la charge cette année. Dans un tweet publié le 18 décembre, il explique avoir évoqué la question avec le Ministre chargé des Transports, Clément Beaune. Ce dernier devrait demander à la SNCF de cesser son partenariat avec Webloyalty, la société de cashback, rapidement.

En attendant de savoir si cette offre de cashback va effectivement être supprimée définitivement, pensez à être vigilants, et vous pouvez aussi utiliser d’autres applications pour réserver vos billets de train et partir en vacances le plus sereinement possible.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.