Un projet commun du Campus Cyber avec plusieurs acteurs privés recense les attaques survenues en Ukraine depuis le début de la guerre et propose de télécharger des fichiers pour se prévenir des attaques.

On peut parler d’une première initiative commune depuis le lancement du Campus Cyber en février. Une plateforme collaborative recense les principales menaces cyber, rencontrées depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Plus qu’un simple site d’information, ce portail liste les rapports d’analyse des derniers logiciels malveillants repérés.

Mieux, n’importe quel responsable informatique d’une entreprise peut télécharger des fichiers contenant des informations sur les logiciels malveillants utilisés en Ukraine pour sécuriser davantage le système de protection informatique. Un mail ou un lien frauduleux utilisé auparavant dans le conflit pourront donc être détectés par les logiciels, une fois à jour. L’ensemble des rapports et des fichiers à télécharger se trouve dans la rubrique partage du portail.

Lancé en mars dernier, quelques jours après les premiers tirs de missiles russes, le Campus Cyber dévoile cette plateforme à la presse dans l’espoir d’attirer de nouveaux acteurs dans ce répertoire de menace. « Plus le nombre de participants est élevé, et plus la liste de menaces répertoriée sera importante », nous indique Yann Bonnet, directeur général délégué du Campus Cyber.

Campus Cyber
Ouvert en février, le Campus Cyber a pour ambition de porter des projets en acteurs privés et publics.
Source : Campus Cyber

Un élargissement vers d’autres logiciels malveillants à l’avenir

L’entreprise française Sekoia a développé le portail, en collaboration avec Wavestone. Une dizaine d’autres sociétés ont contribué ensuite à l’inventaire des rapports et des malwares.

Néanmoins, il faut préciser que la France n’a été que très peu touchée par des attaques directement en lien avec la guerre entre la Russie et l’Ukraine. L’initiative est d’abord à titre de prévention. Le conflit étant également actif dans le cyberespace, les membres du Campus Cyber ont songé bon d’accélérer le lancement d’une plateforme collaborative et bénévole pour informer sur les menaces en cours.

La seconde étape de développement devrait se concentrer sur les rançongiciels nous indique les organisateurs, véritable épidémie pour les entreprises françaises. De la même manière que pour le conflit, il serait possible de trouver les recommandations de se prémunir contre une attaque par rançongiciel (ou ransomware, en anglais). Le projet est encore en développement.