Des vols aériens ont été retardés en Russie après une cyberattaque menée par les hacktivistes ukrainiens. Les compagnies aériennes ont dû faire leur enregistrement manuellement.

Des avions se sont retrouvés cloués au sol dans les aéroports russes après une cyberattaque d’hacktivistes ukrainiens ce 28 septembre. Le groupe industriel russe Rostec a confirmé sur sa chaîne Telegram qu’une attaque par déni de service — aussi appelée DDoS — a mis en panne le système de réservation russe baptisé « Leonardo ». L’entreprise cite notamment l’Ukraine comme responsable de cette cyberattaque.

Aeroflot, principale compagnie aérienne russe, et plusieurs autres sociétés du secteur, ont été contraintes de retarder des vols, témoignent les médias russes, sans directement citer l’intervention ukrainienne. Les enregistrements de billets ont été faits manuellement pendant quelques heures. Des images sur les réseaux sociaux indiquent de longues files et attentes dans les aéroports, y compris l’aéroport international Cheremetievo de Moscou, le plus fréquenté du pays.

Des cyberattaques pour harceler l’ennemi

Sur Telegram, « l’armée informatique d’Ukraine », principal collectif d’hacktivistes ukrainien, revendique cette cyberattaque. Les attaques DDoS font généralement plus de bruit de que mal, mais peuvent cependant impacter les consommateurs lorsque la cible est particulièrement consultée par le grand public.

La revendication de l'attaque par l'armée informatique d'Ukraine sur Telegram. // Source : Numerama
La revendication de la cyberattaque par l’armée informatique d’Ukraine sur Telegram. // Source : Numerama

Le système Leornardo a été développé en 2014, mais n’a commencé qu’à être utilisé en 2022 après le départ de nombreuses sociétés internationales en charge des logiciels de l’aérien après l’invasion russe de l’Ukraine.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !