Pressé par Kiev d’agir, PayPal avait d’abord fermé son service en Russie. Maintenant, le service de paiement en ligne étend ses services en Ukraine.

Les efforts de l’Ukraine pour médiatiser la guerre que le pays subit depuis le 24 février continuent de payer. Dernier succès en date : le ralliement de PayPal pour qu’il étende ses services dans le pays afin de faciliter davantage le transfert de fonds dans le pays. L’entreprise américaine a annoncé la nouvelle dans une lettre adressée aux autorités.

« Nous pensons que ce service sera utile aux Ukrainiens pour recevoir de l’argent de leurs amis et parents dans le monde entier. Il aidera également les Ukrainiens réfugiés dans d’autres pays, afin qu’ils puissent recevoir de l’argent à utiliser ou à retirer dans leur lieu de résidence actuel », lit-on dans le courrier partagé par Mykhailo Fedorov, le ministre ukrainien du numérique.

Dans ce cadre, PayPal annonce qu’il renonce temporairement à ses propres frais pour les clients qui envoient des fonds sur des comptes PayPal ukrainiens ou qui reçoivent des fonds sur des comptes PayPal ukrainiens. L’entreprise détaille dans un communiqué de quelle manière ses services sont étendus dans le pays et de quelle manière en profiter.

Diplomatie sur Twitter

Depuis le début du conflit, Mykhailo Fedorov est à l’offensive sur les réseaux sociaux. Chaque jour, l’intéressé enchaîne les tweets en mentionnant les grandes entreprises internationales et leurs patrons, pour les obliger à réagir et, donc, à prendre parti en faveur de la population ukrainienne. Avec un certain succès, car nombreux sont les groupes à avoir donné suite.

ukraine_flag
L’Ukraine se sert habilement de Twitter pour rallier des entreprises à sa cause. // Source : Numerama

Il y a l’isolement croissant de la Russie sur la scène internationale, qu’illustre l’exode de nombreuses entreprises du numérique et de la tech depuis le début de la guerre. Et dans le même temps, il y a un appui de plus en plus prononcé envers l’Ukraine, à travers toutes sortes d’initiatives pour l’aider. PayPal, justement, s’est retrouvé dans les deux scénarios.

Le 5 mars, PayPal adressait un premier courrier à Mykhailo Fedorov pour lui signifier la fermeture de ses services en Russie à cause de la guerre en Ukraine. Et déjà à l’époque, le ministre appelait le spécialiste du paiement en ligne à considérer le lancement de la plateforme dans son pays. Deux semaines plus tard, c’est donc fait, à la plus grande satisfaction de Kiev.