Tesla a dû régler en urgence une facture de 655 000 dollars à l'État du Nevada, après avoir pris trop de retard dans le paiement.

Tesla s’est encore fait remarquer. Selon les informations de Bloomberg publiées le 9 octobre, l’État du Nevada a saisi la justice afin de récupérer des impayés auprès du constructeur automobile. Ce dernier devait quand même 655 000 dollars, correspondant à une taxe collectée sur la masse salariale pour aider les personnes au chômage.

Tesla, qui installé sa Gigafactory 1 dans le Nevada, n’aurait pas versé suffisamment d’argent au département lié à la sécurité de l’emploi durant les premiers et deuxièmes trimestres de l’année 2018. La situation est désormais réglée. Pour Tesla, il s’agissait visiblement d’une simple « erreur d’écriture. » 

Tesla Model 3

« Une erreur d’écriture »

Cité par Electrek le 9 octobre 2018, un porte-parole de Tesla a justifié l’imbroglio qui a quand même duré plusieurs mois : « Comme Tesla a acquis SolarCity et intégré tous ses employés, nous étions en discussion avec l’État pour un nouveau taux de contribution à l’assurance chômage, ce qui est courant avec ce genre d’acquisition. » Comprendre : Tesla pensait bénéficier d’un autre taux que celui auquel il se pliait auparavant. 

Cette soi-disant « erreur d’écriture » a quand même permis à Tesla d’être un peu moins dans le rouge au moment de publier les résultats financiers des deux périodes correspondantes. Astucieux. 

L’entreprise a rappelé, à tout hasard, que Tesla avait déjà versé 3,3 millions de dollars à l’État du Nevada pour l’assurance chômage. Et comme la Gigafactory 1, qui produit notamment les batteries des voitures, emploie plus de 3 000 personnes, la facture continuera d’être salée pour Tesla.

Partager sur les réseaux sociaux