L'alliance comportera deux volets : l'emploi de leurs technologies respectives et un investissement de 500 millions de dollars de Toyota dans Uber.

Dans la quête de l’automobile autonome, tout le monde ne fait pas cavalier seul : des alliances d’opportunité peuvent se nouer entre les acteurs du marché, et cela malgré une vive rivalité industrielle. Preuve en est avec l’annonce, mardi 28 août, d’un rapprochement entre Toyota et Uber, qui se traduit notamment par un investissement de 500 millions de dollars du premier dans le second.

« Ce partenariat sera essentiel à la réalisation de la conduite autonome à grande échelle », estime Toyota dans un communiqué. Le constructeur automobile japonais va par ailleurs combiner son savoir-faire dans ce domaine avec les capacités du géant américain des services de voiture de transport avec chauffeur, sur des véhicules fabriqués spécialement par le groupe nippon.

Il faudra toutefois attendre 2021 pour que des déploiements expérimentaux aient lieu.

Le partage des compétences entre Uber et Toyota.

Reprise en douceur

D’ici là, chaque groupe poursuivra ses propres tests sur la voie publique. Uber et Toyota avaient décidé ce printemps de les suspendre temporairement après la collision mortelle d’une passante. Cet accident, provoqué par un défaut de détection du système de bord utilisé par Uber, a donné lieu à une enquête, toujours en cours, des autorités américaines.

Depuis, les opérations de conduite ont repris : Uber a toutefois changé ses protocoles et ajouté un second opérateur à bord de chaque automobile expérimentale. Quant à Toyota, un environnement de test privé a été inauguré pour tester davantage la fiabilité du système de bord dans des conditions de conduite compliquées, voire dangereuses, et qu’il n’est pas possible de mettre en œuvre sur la route.

Pour Uber, le rapprochement avec Toyota devrait contribuer à l’amélioration de son image auprès du public, dans la mesure où l’industriel nippon jouit d’une excellente réputation. Il révèle par ailleurs l’accélération de ses efforts dans l’automatisation de la conduite, depuis 2015 et ses premiers investissements. Le groupe a notamment diffusé plusieurs vidéos promotionnelles illustrant ses progrès.

Partager sur les réseaux sociaux