Uber a décidé de suspendre toutes ses activités en matière de voiture autonome à la suite d'un accident de la route. Une femme est décédée alors qu'elle traversait une voie de circulation.

Uber vient de connaître un brutal coup d’arrêt dans ses expérimentations sur la voiture autonome. En effet, l’entreprise américaine spécialisée dans le transport de personne avec chauffeur (VTC) a dû suspendre ses tests dans le monde entier à la suite d’un accident de la route qui a entraîné la mort d’au moins une personne, selon Bloomberg News, qui vient de rapporter l’information.

D’après nos confrères, l’accident a eu lieu aux États-Unis et c’est une piétonne qui a été touchée. Les faits se sont déroulés dimanche soir à Tempe, en Arizona. C’est quand la femme a traversé la rue que la collision s’est produite, en dehors d’un passage piéton. Un conducteur se trouvait à bord du véhicule par mesure de sécurité, mais c’était le mode de conduite autonome qui était actif au moment du choc.

Une enquête de la police est en cours. Le Conseil national de la sécurité des transports, une agence indépendante du gouvernement américain, est aussi mobilisé.

L’entreprise Uber menait jusqu’à présent des tests sur la voie publique dans plusieurs villes, aux États-Unis (notamment à San Francisco, Phoenix, Pittsburgh) mais aussi au Canada (Toronto). En fin d’année dernière, la société déclarait avoir parcouru 1 million de miles — l’équivalent de 1,6 million de kilomètres avec ses véhicules autonomes. Lors de ces tests, des passagers étaient parfois transportés.

CC FreeStocks

Pas le premier accident

L’accident survenu aux États-Unis n’est pas le premier du genre. En mars 2016, une Google Car en mode autonome a percuté un bus à cause d’une erreur de jugement sur l’intention du chauffeur dans l’autre véhicule. Un an auparavant, il y avait déjà eu un premier incident, cette fois à cause du conducteur présent à bord. Le système de conduite autonome n’était alors pas en faute.

Tesla a aussi connu un grave accident en mai 2016, lorsque une voiture Model S a percuté l’arrière d’une remorque de camion, à 119 hm/h, ce qui a débouché sur la mort de l’automobiliste. Un rapport avait conclu que le pilote avait reçu 7 alertes de sécurité l’incitant à remettre ses mains sur le volant, mais qu’il se trouvait dans l’incapacité de respecter ou aurait choisi d’ignorer alors qu’il avait un peu de temps devant lui.

L’entreprise américaine s’est retrouvée quelques jours plus tard, face à un autre problème, fort heureusement moins grave que le premier. Toujours en 2016, cette fois impliquant une voiture autonome opérée par la startup nuTonomy, une collision sans gravité (aucun mort ni blessé n’était à déplorer) a eu lieu avec un camion sur la voie publique à Singapour.

Uber rêve de taxis autonomes

C’est un coup dur pour Uber, qui depuis le début de l’année avait enchaîné quelques annonces dans ce domaine, comme son partenariat avec Volkswagen et Nvidia et l’accord à l’amiable trouvé avec Waymo, la filiale de Google dans la voiture autonome, pour régler leur querelle juridique sur des accusations de vol de certaines technologies employées pour faire circuler des voitures sans intervention humaine.

Selon les plans de l’entreprise de VTC, la mise en route des premiers taxis autonomes devrait avoir lieu à l’horizon 2019. À la fin de l’année dernière, il a été annoncé que le constructeur automobile suédois Volvo livrera 24 000 voitures à Uber d’ici 2021. Ces véhicules, déjà modifiés par Volvo, seront adaptés par Uber pour recevoir ses ajouts matériels et logiciels.

Les degrés d’autonomie d’une voiture.

(mise à jour avec des précisions sur les circonstances de l’accident)

Partager sur les réseaux sociaux