Microsoft a confirmé qu'il s'est offert GitHub, une plateforme web pour héberger et gérer des logiciels en coopération. De quoi inquiéter les défenseurs du logiciel libre ? Pas forcément.

Mise à jour : Microsoft est officiellement le nouveau propriétaire de GitHub. L’entreprise de Redmond a mis 7,5 milliards de dollars sur le tapis pour se payer la plateforme numéro 1 chez les développeurs. « Microsoft est une entreprise de développeurs avant tout et en joignant nos forces avec GitHub, nous renforçons notre implication pour un développement libre, ouvert et innovant », a commenté Satya Nadella, CEO de l’entreprise.

Article original : Microsoft est bien propriétaire de GitHub. C’est ce que laissait entendre au départ Business Insider le 1er juin, évoquant des discussions entre la firme de Redmond et la célèbre plateforme web dédiée à l’hébergement et la gestion de développement de logiciels. Depuis, Bloomberg en a rajouté une couche, affirmant que l’achat a bien eu lieu et qu’il devrait être officialisé lundi 4 juin. Microsoft a fini par confirmer l’information, révélant également le montant de la transaction : 7,5 milliards de dollars.

Né en 2008, GitHub est devenu un service majeur pour les développeurs travaillant en coopération. Les chiffrés donnés lors de la la GitHub Satellite à Londres, en mai 2017, sont éloquents : 21 millions de développeurs travaillant sur plus 59 millions de projets. Et la plateforme n’accueille pas que des programmes de petite envergure  : on y trouve aussi des dépôts de Google, Facebook et Microsoft.

CC Ben Scholzen

Microsoft, justement, héberge sur GitHub quelques-unes de ses créations, comme le framework .NET, qui est passé fin 2014 en open source pour que tout le monde puisse contribuer à son développement, ou bien son gestionnaire de fichiers Windows (Windows File Manager) conçu dans les années 90, ou encore le moteur JavaScript du navigateur Edge, qui a succédé à Internet Explorer.

Le site Octoverse, qui livre quelques statistiques et faits chiffrés sur GitHub, indiquait que le projet le plus fédérateur sur la plateforme est piloté par Microsoft, puisqu’il s’agit du Visual Studio Code, un éditeur de code extensible développé pour les systèmes d’exploitation Windows, Linux et macOS X Selon des chiffres de 2017, on comptait 15 000 contributeurs et il s’agissait du quatrième projet le plus débattu. Plus généralement, on compte 1 835 dépôts Microsoft sur GitHub.

Microsoft GitHub
Les activités de Microsoft sur GitHub.

Le rachat de GitHub par Microsoft, a provoqué une onde d’inquiétude qui s’est rapidement propagée au cours du week-end au sein de la communauté des développeurs, beaucoup craignant que le géant des logiciels ne dénature le concept du site et de l’approche collaborative, en verrouille la souplesse d’utilisation ou cherche à en tirer profit.

L’inquiétude est certes légitime : l’acquéreur potentiel dont il est question ici est un poids lourd du logiciel propriétaire, c’est-à-dire dont le code source n’est pas librement accessible, modifiable, distribuable et exécutable. On ne peut effacer plus de quarante ans d’histoire, dont quelques décennies parfois difficiles entre le monde du logiciel libre et la firme de Redmond.

Mais si elle est légitime, est-elle pour autant fondée ? Un coup d’œil rapide à l’histoire récente de Microsoft montre, dans le cas de Linux, que les positions des uns et des autres ne sont pas forcément figées dans le temps et qu’elles peuvent aussi évoluer de manière relativement favorable, y compris pour les partisans du logiciel libre. Une impulsion que l’on doit à Satya Nadella, l’actuel PDG de Microsoft.

Parle-t-on du même Microsoft ?

Si Microsoft continue de vendre du logiciel propriétaire, on ne peut pas passer sous silence l’ouverture de l’entreprise à une certaine culture du libre. Ainsi, on a vu Microsoft proposer Linux sur son service de cloud Windows Azure, lancer une formation avec Linux, rejoindre la Linux Foundation, annoncer SQL Server sous Linux ou encore lancer le shell Bash et Ubuntu depuis Windows 10.

De toute évidence, Microsoft n’a pas fait que clamer son amour pour Linux : il a aussi au fil des années apporté quelques preuves d’amour. D’ailleurs, en 2012, Microsoft est apparu pour la première fois dans le classement des entreprises contribuant le plus au noyau (dix-septième place). Un an auparavant, la firme de Redmond a souhaité un bon anniversaire à Linux pour ses vingt ans.

Microsoft n’aurait jamais dit cela il y a quinze ou vingt ans.

Microsoft « est le mieux placé pour collaborer avec la communauté autour de l’open source pour amener des expériences mobiles et dans le cloud à plus de personnes. Microsoft est déjà un partenaire précieux dans plusieurs projets open source et s’est impliqué depuis plusieurs années dans les communautés open source à travers des partenariats et des contributions technologiques », commentait la Linux Foundation, lorsque Microsoft y a fait son entrée.

De telles louanges auraient été impossibles à entendre il y a dix-sept ans, lorsque le PDG de l’époque, Steve Ballmer, avait qualifié Linux de cancer, ou quand Microsoft percevait Linux comme une menace, n’hésitant pas à le dénigrer publiquement pour mieux vendre ses systèmes d’exploitation ou à s’en prendre à des logiciels libres très populaires pour mieux vanter ses solutions.

Certes, il ne s’agit pas de dire que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Une étreinte peut aussi être fatale : «  J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer », lançait ainsi Néron à Burrhus. Mais si la philosophie de Microsoft est à l’exact opposé de celle du logiciel libre, le Microsoft de 2018 n’est peut-être pas forcément le même que le Microsoft de 2001. Et que c’est sur ses actes qu’il faudra le juger.

Article publié initialement le 4 juin 2018

Partager sur les réseaux sociaux