Google pose un ultimatum aux développeurs d'applications qui utilisent les API d'accessibilité de manière abusive. Ces services doivent justifier qu'ils utilisent la fonctionnalité pour aider les personnes handicapées ; sinon, ils seront supprimés du Play Store.

De nombreuses applications s’inscrivent désormais dans la démarche de rendre leurs services accessibles aux personnes handicapées. Outre des applications dédiées, certains concepteurs intègrent à leurs services la possibilité d’activer des commentaires vocaux ou de commander une app par la voix.

Or, Google a fait connaître son intention de sévir contre les applications qui utilisent les services d’accessibilité d’Android à d’autres fins que celles d’aider les personnes en situation de handicap.

Certains services s’en serviraient en effet pour remplir automatiquement les mots de passe, ou lire des données en provenance d’autres apps. L’usage malveillant de ces API (interfaces de programmation) d’accessibilité crée un risque de sécurité, estime Google.

Un ultimatum de 30 jours

L’entreprise de Mountain View exige désormais des concepteurs d’app de justifier leur usage de ces bouts de code liés à l’accessibilité. Autrement dit, ils doivent montrer patte blanche en confirmant que la fonctionnalité remplit bien son but initial.

Le mail adressé par Google aux développeurs d’applications.

Les applications concernées ont trente jours pour s’expliquer auprès de Google, et des usagers de leurs services. Passé ce délai, l’entreprise se réserve le droit de les supprimer de sa boutique.

« Si vous ne le faites pas déjà, vous devez expliquer à vos utilisateurs comment votre application emploie le service d’accessibilité afin d’aider les utilisateurs handicapés à utiliser les appareils et applications Android. Les applications ne répondant pas à cette exigence dans un délai de trente jours peuvent être supprimées de Google Play », annonce Google dans un mail mentionné sur Reddit.

Les apps ne répondant pas à cette exigence seront supprimées

De nombreuses applications risquent donc de revoir à la baisse leurs fonctionnalités si elles veulent espérer rester dans le Play Store, sauf si elles parviennent à convaincre Google que leurs utilisateurs handicapés en tirent un bénéfice.

Avec cette décision, Google pose donc un ultimatum aux applications qui ne respectent pas ses règles de fonctionnement. L’entreprise ne laisse en effet pas vraiment le choix aux développeurs — hormis celui de supprimer eux-mêmes leur app, avant que Google ne s’en charge.

Partager sur les réseaux sociaux