La question de l'accessibilité pour les personnes handicapées concerne une portion non négligeable des internautes. Des conseils existent sur les bonnes pratiques à suivre selon les cas de figure qui peuvent survenir.

Qui a dit qu’il fallait forcément attendre la tenue d’une journée internationale dédiée à un thème particulier pour agir ? Certainement pas Vincent Valentin ! Cet intégrateur web de 38 ans n’a en effet pas voulu se tourner les pouces jusqu’au 3 décembre, date à laquelle a lieu la journée internationale des personnes handicapées sous l’égide des Nations unies. Sa pierre à l’édifice, il l’apporte maintenant.

Sur Twitter, l’intéressé annonce ce mercredi 2 novembre avoir procédé à la traduction des posters d’accessibilité que le ministère de l’Intérieur britannique (le « Home Office ») a produits. Disponibles sur GitHub, les affiches portent toutes sur un sujet précis avec à chaque fois deux colonnes qui précisent les choses à faire et à ne pas faire pour faciliter la vie de ceux qui sont concernés.

Quelques exemples :

  • Pour les utilisateurs évoluant dans le spectre autistique, il est recommandé d’utiliser des couleurs simples et de s’abstenir d’employer des couleurs vives et contrastées ;
  • Du côté des sourds et des malentendants, il faut s’abstenir de mettre uniquement du contenu audio ou vidéo. Pour les vidéos, la présence de sous-titres est recommandée (ou d’une transcription) ;
  • Dans le cas de la dyslexie, il est conseillé d’aligner les textes à gauche et de garder des mises en page homogènes. Il ne faut s’abstenir autant que possible de faire des effets de police (soulignement, italique, utilisation des capitales) ;
  • Au sujet des malvoyants, il est suggéré d’utiliser de bons contrastes de couleurs et une taille de texte lisible. L’inverse est à bannir ;
  • En ce qui concerne les personnes ayant un handicap physique ou moteur, il faut préférer des formulaires aérés plutôt que de tout tasser dans un petit espace ;
  • Quant aux utilisateurs de lecteurs d’écran, il convient de décrire les images et de fournir une transcription pour les vidéos et éviter, par contraste, de n’afficher l’information que dans une image ou une vidéo.

La publication en français de ces bonnes pratiques survient alors que les eurodéputés ont adopté fin octobre une directive, anticipée en France par la loi pour une République numérique, qui impose l’accessibilité des sites publics pour les personnes handicapées. Les obligations pour les sites web et applications du secteur privé devraient suivre dans quelques années.

À lire sur Numerama : Rendre le Web plus accessible aux handicapés  : une étape franchie en Europe

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés