La compétition StartHer Awards, destinée aux créatrices de startups, se tient ce soir à Paris. Organisée par l'association du même nom, la soirée donnera de la visibilité aux entrepreneures de plusieurs pays européens.

Alors que le nombre de femmes est en diminution ces dernières années dans les filières high-tech, plusieurs initiatives voient le jour pour tendre vers davantage de mixité dans les sphères technologiques et dans l’aventure de l’entrepreneuriat. L’association StartHer Awards s’intègre dans cette dynamique : depuis plusieurs années, ses actions cherchent à redonner de la visibilité aux femmes dans cet univers professionnel.

En avril 2017, l’association lançait ainsi un site d’offres d’emploi requérant de la part des entreprises partenaires de signer une charte favorisant la mixité. StartHer continue sur cette lancée en organisant, ce 19 octobre, une compétition destinée aux startups fondées (ou cofondées) par des femmes en Europe. L’événement, baptisé StartHer Awards, se tiendra sur le campus Station F, à Paris.

Bien que cette édition soit la première du genre sous le nom de StartHer Awards, la compétition trouve ses prémices dans la création du collectif en 2010. « Les StartHer Awards sont un prolongement de Lady Pitch Night, un concours organisé à Paris entre 2010 et 2015, au moment où notre association portait encore le nom de Girls in Tech. En 2017, nous avons adopté le nouveau nom de StartHer, cette édition des StartHer Awards est donc une première pour nous », nous explique Joanna Kirk, co-directrice de l’association.

Plus de 300 candidatures

Au total, 363 entrepreneures participent à la compétition, au sein de laquelle 30 pays européens seront représentés — parmi lesquels le Royaume-Uni, l’Allemagne, l’Italie, la Suède, la Roumanie ou les Pays-Bas. La co-directrice de l’association se réjouit de ce succès : « C’est une belle progression par rapport à l’année passée, où nous en avions reçu 300, pour 28 pays représentés. »

CC Flickr WOCinTech Chat

Les secteurs d’expertise des candidates sont au nombre d’une vingtaine, et incluent les technologies médicales, celles de la santé au sens large, les outils de travail en entreprise, ou encore la fintech (les technologies dédiées aux activités financières). Ce dernier secteur regroupant particulièrement peu de femmes, la banque RCI, partenaire de l’événement, profitera de l’occasion pour sélectionner parmi les finalistes son projet « coup de cœur. »

Entre 19h et 20h30, les finalistes du concours se retrouveront devant le public pour pitcher leurs projets de startups face à un jury international. « Notre objectif était de conserver l’envergure européenne de la compétition, poursuit Joanna Kirk. Nous voulions également continuer à couvrir tous les frais des participantes. »

Un concours d’envergure européenne

La lauréate, dont l’identité sera dévoilée en fin de soirée, se verra remettre la somme de 10 000 € pour mener à bien le projet pitché lors des StartHer Awards. « Les finalistes auront accès à d’autres ressources pour être soutenues dans leurs projets, complète Joanna Kirk. Tout d’abord, Microsoft s’associe à nous pour leur donner accès au programme Bizpark. Stripe proposera également des conseils personnalisés aux lauréates. »

La soirée sera également ponctuée par les interventions de Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État au Numérique, et de Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Partager sur les réseaux sociaux