Les constructeurs auront la possibilité, en 2018, de mettre sur les routes californiennes des modèles de voitures autonomes dépourvus de volant, de pédales et de rétroviseurs. Une évolution logique.

2018 devrait marquer un tournant dans le développement de la voiture autonome, en tout cas en Californie. L’État fédéré américain entend en effet autoriser la circulation sur la voie publique de véhicules autonomes dépourvus des commandes habituelles permettant à un conducteur de reprendre le contrôle de l’automobile si jamais il fait face à une situation inhabituelle ou dangereuse.

Pour le dire autrement, ces voitures autonomes n’auraient plus de volant, de pédales ni de rétroviseurs, ce qui fait que la personne se trouvant à la place dévolue au conducteur n’en serait donc pas un mais juste un passager comme les autres puisque tous les dispositifs permettant de diriger le véhicule, d’ajuster sa vitesse et de contrôler ce qui se passe autour auront disparu.

route-californie
CC Florent Lamoureux

Il n’est même pas sur, écrit The Verge, que ces automobiles accueillent des humains au cours de ces futures phases de conduite. Nos confrères semblent en effet indiquer que les nouvelles règles californiennes vont permettre à ces engins de rouler sans personne à bord — ce qui ne veut pas forcément dire que les industriels qui ont mis aujourd’hui des voitures autonomes sur la route (ils sont 42) la suivront.

La disparition progressive des commandes de contrôle est une étape logique dans le de développement des voitures autonomes. En effet, à mesure que celles-ci sont capables de se débrouiller toutes seules, mais dans des situations imprévues ou complexes, les tâches qui sont encore confiées aux humains se réduisent. Lorsque les voitures seront totalement autonomes, ces commandes n’auront plus de sens.

Il existe déjà aujourd’hui des prototypes de véhicules autonomes (et même de minibus ou de vans) qui sont dépourvus de ces dispositifs. C’est le cas de la Smart ForTwo Vision EQ, un concept de voiture électrique, autonome et ultra connectée, par exemple, ou encore de l’incontournable Google Car. Quant à la législation, la Corée du Sud s’avère aussi très en pointe sur le sujet.

Partager sur les réseaux sociaux