En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt.

En savoir plus

Les iPhone 8 et iPhone 8 Plus sont probablement les derniers représentants d'un design et d'un savoir-faire, logiciel et matériel, nés avec l'iPhone 6. Le choix de la confiance face à l'innovation avant-gardiste de l'iPhone X. Un smartphone moderne pour autant ? Réponse dans le test.

Nouvelle année, nouveau cru d’iPhone. En 2017, Apple qu’on connaît pour les choses simples a préféré faire dans la complexité. Pas un, pas deux, mais trois smartphones haut de gamme qui viennent s’ajouter à une gamme déjà complète. Aux côtés de l’iPhone X, des iPhone 7 et 7 Plus, 6S et 6S Plus et SE, trône donc le duo de smartphones de base : les iPhone 8 et 8 Plus.

Difficile de comprendre la stratégie d’Apple qui, en deux temps lors du keynote, présente son meilleur smartphone de l’année et son meilleur smartphone de l’année. Et puis on réfléchit un peu et on parvient à trouver des catégories plus ou moins heureuses. Celle qui nous reste à l’esprit est la suivante : l’iPhone 8 et l’iPhone 8 Plus sont la suite logique de l’évolution produit chez Cupertino. L’iPhone X est un pas un avant, une main tendue vers l’année prochaine. Une sorte de preview de l’avenir d’iOS et des produits d’Apple qui aurait emprunté une faille spatio-temporelle et qui se paie au prix fort. La robustesse éprouvée mise à jour après mise à jour ou le saut dans l’inconnu.

Reste à l’iPhone 8 la tâche de relever le niveau de l’an passé — à l’iPhone 8 Plus de rester la référence pour la photographie mobile. Un challenge ?


Design et prise en main

À Cupertino, le design compte. Et cette année, difficile de manquer le fait que l’iPhone 8 ressemble à un iPhone 7 qui ressemble à un iPhone 6S qui ressemble à un iPhone 6. De face, le design est, à peu de choses près, le même : on retrouve un bloc blanc ou noir, un écran au milieu et un bouton Home, iconique, en bas. Pas d’écran borderless, pas de folie, pas d’ajustement : on est dans une poursuite totale de la gamme iPhone qui ressemble à ce que fait le luxe ou l’automobile — de génération en génération, seuls les détails changent, par souci de préserver la base iconique.

Et pourtant, c’est ce design vu et revu qui, cette année, a fait lâcher à notre Corentin national un « c‘est le plus bel iPhone depuis l’iPhone 4  ». Lui qui ne partage pas les valeurs de la firme fruitée a toujours défendu le fait que l’iPhone au dos de verre était le plus bel objet sorti des mains des équipes de Jony Ive — rien d’étonnant à ce qu’il trouve ce nouveau modèle à son goût.

Chloé Batiot / Numerama

Car l’iPhone 8 signe le retour du dos en verre — le verre le plus résistant du monde, nous dit-on chez Apple. On ne va pas donner tort à Corentin quand il dit du bien d’un produit Apple : il est vrai que ce smartphone en jette. Comme d’habitude chez Apple, le produit est extrêmement bien fini, rien ne dépasse et les couleurs sont, chacune, du jamais vu. C’est facile de multiplier les couleurs pour un smartphone, c’est plus difficile de trouver trois couleurs qui soient à la fois élégantes et différenciantes. Le modèle « Or » que nous avons à la rédaction tend plus vers le crème que le clinquant. C’est le cas des deux autres modèles, qui ont des teintes aussi mates que le dos en verre donne du brillant. L’alliance des deux est réussie.

En mains, la sensation ne diffère pas tellement de la gamme précédente : le verre est un matériau noble qui n’est ni trop chaud ni trop froid. On note simplement que l’iPhone 8 Plus est plus lourd que l’iPhone 7 Plus — à un point où la différence se fait sentir. On passe de 189 grammes à la balance à 203 grammes.

Chloé Batiot / Numerama
Chloé Batiot / Numerama
Chloé Batiot / Numerama

Côté ports, Apple reste sur son courage : vous ne trouverez qu’un port Lightning en bas du smartphone. L’USB Type-C, ce n’est pas pour aujourd’hui, mais la recharge sans fil est de la partie. Grande nouvelle : le smartphone est compatible avec le standard Qi, ce qui signifie que de nombreux produits sont disponibles dans le commerce. Pour le moment, la recharge sans fil est bridée sans trop qu’on sache pourquoi : elle sera débridée lors d’une mise à jour logicielle future qui permettra à l’iPhone de charger plus rapidement.

D’ailleurs, en parlant de charge rapide, sachez qu’il est désormais possible de booster la vitesse de charge en branchant votre iPhone sur un port plus puissant. Par exemple, si vous avez un câble USB vers Lightning, vous pouvez le brancher sur le port du chargeur de votre MacBook. Tous les ports USB Type-C indiqué « PD » pour le standard Power Delivery devraient fonctionner — ceux de Qualcomm, nommés Quick Charge, ne devraient en revanche pas marcher. 30 minutes suffisent à recharger la moitié de la batterie.

iOS 11 sur iPhone 8 : ce qui change

La configuration rapide des produits Apple

Si vous avez suivi la conférence Apple de la rentrée (sur Numerama cela va de soi), vous savez qu’iOS 11 est désormais un système d’exploitation qui s’exécute de trois manières différentes. La première, c’est sur iPhone avec bouton — c’est la version que nous testons. La deuxième, c’est sur iPhone sans bouton — elle est réservée à l’iPhone X et présente des variantes d’ergonomie et d’autres liées à Face ID. La troisième, c’est sur iPad — elle dispose de plusieurs atouts comme le multi-fenêtres, la barre des tâches permanente etc.

In fine, les iPhone 8 et iPhone 8 Plus sont les appareils de la gamme qui ont reçu le moins de nouveautés. Nous avons déjà fait le tour de nos préférées dans un article dédié que nous vous invitons à consulter, mais citons peut-être quelques détails que nous aurions oubliés.

Le premier, c’est la configuration. Apple a réutilisé la configuration des AirPods pour toute sa gamme. Si vous changez d’iPhone aujourd’hui, il vous suffit d’approcher votre nouvel iPhone de l’ancien pour le configurer automatiquement. Cela permet de sauter des étapes habilement. Cela fonctionne pour tout l’écosystème Apple, que vous ajoutiez une Apple TV ou une Apple Watch à votre quotidien, vous vous retrouverez avec une popup sur un matériel que vous possédez déjà et qui est déjà configuré. C’est efficace, rapide et bien pensé.

Le second, c’est le centre de contrôle qui a été adopté en quelques secondes — et dont on ne peut plus se passer. L’appui long 3D Touch permet de trouver d’autres fonctionnalités derrière les premières (comme l’intensité de la lampe) et les nouvelles fonctionnalités liées à la capture sont incroyablement efficaces. Un collègue me demandait comment baisser la luminosité sur l’application photo : au lieu d’en faire 3 caisses, j’ai fait une capture vidéo de mon iPhone en train de suivre les étapes. Enregistré, compressé, envoyé : réglé. C’est sur ce centre de contrôle qu’on va aussi retrouver la télécommande Apple TV ou l’accès à la domotique — autant de raccourcis qui tombent sous le sens et sous le doigt.

En parlant de tomber sous le doigt, on peut citer le nouveau clavier qui ravira ceux qui tapent à une main : pressez le globe en bas à gauche quand vous commencez à taper un message et vous vous retrouverez avec le choix de transformer le clavier en un petit clavier sous votre pouce droit ou votre pouce gauche. Pratique. De même, les « applications pour Message » sont bien mieux mises en avant et vous aurez des tas de fonctionnalités à portée de main — partager votre position, des emojis, votre horaire d’arrivée ou, bientôt, de l’argent.

Et puis il y a la réalité augmentée. Depuis iOS 11, le système d’exploitation d’Apple est une mine d’or à applications en réalité augmentée, rendues accessibles grâce à la mise à disposition d’AR Kit, un kit de développement pour accéder aux fonctionnalités du smartphone qui permettent de propulser cette technologie. Pour l’instant, l’utile (un outil pour mesurer et simuler des tas de formes dans l’espace) côtoie le rigolo (un dragon avec qui jouer à la baballe, un train à monter qui apparaît sur vos tables) et le commercial (l’application Ikea Places, qui vous permet de simuler le catalogue du géant dans votre intérieur). Mais les premières applications sont tellement bluffantes qu’on ne peut que prédire à la réalité augmentée un avenir radieux sous la bannière Apple.

Côté sécurité, on est toujours dans le haut du panier : chiffrement de bout en bout des messages, chiffrement hardware des données, authentification des mises à jour, réglages fin des applications et des autorisations, exécution des fonctionnalités critiques (exemple : Touch ID) en vase clos, transmission des données anonymisée par confidentialité différentielle. Cette année, Apple entre également en guerre contre la publicité, qu’il s’agisse de tracking, de retargeting ou de géolocalisation : une application ne peut plus vous suivre en arrière-plan et, dans Safari, les cookies tiers (3rd party) sont automatiquement purgés après 24h si vous ne retournez pas sur le site. Cela signifie que vous ne verrez plus jamais 1 000 fois le même aspirateur que vous venez d’acheter ou que des SDK comme Teemo pourront jouer avec les failles des outils de développement pour vous traquer. Évidemment, côté publicitaires, la grogne monte, mais à la fin, l’utilisateur est gagnant.

Enfin, ce sont des tas de petites choses qui viennent s’ajouter à l’OS et qu’on adore déjà. Les captures d’écran éditables automatiquement. L’écran de notification repensé pour être identique à celui de verrouillage. Le scan des QR Code directement depuis l’appareil photo (mais qui utilise cela ?). La possibilité de scanner des documents directement dans l’application Notes. La compatibilité NFC en lecture de l’appareil (avec des applications tierces). Apple Music, qui devient vraiment agréable à utiliser. L’App Store qui est radicalement modifié et laisse une grande place aux contenus éditorialisés.

Bref, dans l’ensemble Apple a peaufiné sa copie et iOS 11 est clairement une manière de simplifier et d’enrichir iOS 10. Une fois les quelques bugs corrigés, ce sera un système infiniment plus agréable à utiliser au quotidien, aussi bien pour les professionnels que les particuliers.

La face visible : écran et appareil photo

Nous avons mesuré des vitesses jusqu’à 70 mb/s en upload

Si vous achetez un smartphone aujourd’hui, les deux caractéristiques que vous verrez et utiliserez tous les jours sont l’écran et l’appareil photo. Vous savez que le processeur A11 est une brute de puissance qui surclasse la concurrence et vous vous doutez que le modem Qualcomm désormais utilisé par Apple dans ses iPhone à la place de la solution Intel vous permet d’avoir une meilleure connexion 4G qu’avant. Mais l’écran et l’appareil photo sont tout de même les deux composants qui comptent — et qui travaillent ensemble.

Côté écran, Apple a fait un pas en avant sur l’iPhone 8 et l’iPhone 8 Plus en intégrant une dalle LCD équipée de la technologie TrueTone. Cette techno était déjà visible sur les iPad Pro et il faut vraiment l’avoir sous les yeux pour comprendre la différence : elle va ajuster en temps réel la colorimétrie de l’écran en fonction de l’endroit où vous vous trouvez, s’appuyant sur les capteurs du smartphone.

L’idée est de faire en sorte qu’un blanc soit toujours perçu blanc, un rouge toujours pour être toujours perçu rouge etc. TrueTone va donc ajuster la dalle vers le bleu ou le jaune en fonction de la lumière de la pièce — en jouant également sur la luminosité. Le résultat est immédiatement perceptible : en le désactivant, on voit à quel point il parvient à ajuster la température des couleurs finement. Bref, une avancée qu’on remarquera quand elle ne sera plus activée et qu’on ne percevra pas quand elle est activée tant elle fait bien son travail : on aime. Avant l’écran OLED de l’iPhone X et l’écran 120 Hz des prochains iPhone (ok, ça c’est dans notre tête), TrueTone est une bonne avancée sur des définitions inchangées (1 920 x 1080 pour le grand à 401 pixels par pouce et 1 334 x 750 pour le petit à 326 ppp).

Côté appareil photo, Apple a sorti le grand jeu. Les deux iPhone partagent un capteur 12 Mpx à ouverture f/1,8. L’iPhone 8 Plus a le droit à un zoom 2x optique qui ouvre à f/2,8. Cela lui permet, entre autres, de faire des photographies en mode Portrait ou en mode Éclairage de portrait : ces deux techniques ont été détaillées ici et là.

En photo, les résultats sont bluffants, DXOmark estimant qu’il s’agit du meilleur capteur photo jamais testé sur un smartphone. Et en effet, l’appareil photo est à l’aise partout : en basse luminosité, en haute luminosité, en plein soleil, pour faire des portraits, des macros ou prendre des photos en mouvement. Difficile de le mettre en défaut dans des usages qui vont de l’occasionnel au semi-pro — seuls les photographes arriveront aux limites techniques de l’engin. Et bien entendu, l’iPhone arrive à ces résultats en simple « point and shoot », c’est-à-dire que l’utilisateur ne fait pas les réglages — c’est le smartphone qui les calcule seul. C’est particulièrement bluffant quand plusieurs parties de la photo sont exposées différemment : l’appareil va prendre plusieurs clichés à différents réglages et recomposer le tout dans un cliché final balancé.

Toutes les photos ci-dessous n’ont pas été retouchées et ont été prises en une fois.

Côté vidéo, amatrices et amateurs d’images en mouvement seront servis : les deux iPhone savent enregistrer des images en 4K à 24, 30 et 60 images par seconde et à 120 ou 240 images par seconde en 1080p pour faire de jolis ralentis. La stabilisation est faite en permanence et reste aussi bluffante que sur l’iPhone 7 — la mise au point, elle, est automatique et en continu.

Entre les deux, on va évidemment retrouver les Live Photos qui, depuis iOS 11, sont éditables de bien des manières — notamment pour faire des pauses longues ou des loops. Oui, cette année encore, l’iPhone 8 est le roi des photophones — il risque néanmoins de se faire détrôner rapidement par l’iPhone X qui embarque toutes ces merveilles avec, en prime, des fonctionnalités similaires sur la caméra avant. On a hâte de voir.

iPhone 8 Plus

En bref

iPhone 8 Plus

Dans le paysage des smartphones de 2017 à 2018, l'iPhone 8 et sa déclinaison Plus ont une place spéciale. C'est un excellent cru qui embarque des technologies matures et éprouvées, un hardware à faire pâlir la concurrence et un appareil photo à tomber. Cela dit, il reste en terrain connu avec un design vu et revu et une version d'iOS 11 qui fait dans l'amélioration plus que dans la nouveauté. 

L'iPhone 8 Plus est pourtant, cette année choix de la sécurité. L'iPhone X qui sort dans un mois fait rêver et embarque pour le coup des tonnes de nouveautés, matérielles et logicielles, mais comme avec tout changement majeur, les premiers utilisateurs essuieront forcément les plâtres. En 2017, et peut-être pour la dernière année, le duo d'iPhone 8 est donc le choix par défaut. Très loin d'un mauvais choix.

Top

  • L'appareil photo / caméra
  • L'écosystème autour d'iOS 11
  • Confidentialité et vie privée

Bof

  • Pas d'USB Type-C
  • Design paresseux
  • L'iPhone X sort dans un mois

Vous aimerez peut-être

Commentaires

Test de l’iPhone 8 Plus : un dos en verre, à moitié plein

  • Voir la discussion complète
  • c‘est le plus bel iPhone depuis l’iPhone 4

    C'est immonde cette verrue au dos de l'appareil

    Vous prenez une Ferrari, vous y ajoutez un coffre de toit et vous dites que c'est la plus belle voiture que vous avez jamais vue ?

  • les portaits n&b sont surexposés, les autres photos sont faciles.

    un meilleur test : un port de plaisance.

    et comme torture test, les 2 classiques : un coquelicot et une black en robe de mariée.

    essayez ça...

  • l'innovation avant-gardiste de l'iPhone X

    lol

  • Ui, Apple nous a payé 4999999 euros pour l'écrire.

  • C'est un publi-reportage ?

  • Voir la discussion complète

En cours (13 min) : Test de l’iPhone 8 Plus : un dos en verre, à moitié plein