Saisir votre code de carte bleue relèvera-t-il bientôt des gestes appartenant au passé ? Ingenico, le leader français du marché des terminaux de paiement, développe une technologie de reconnaissance faciale qui pourrait bien rendre le code à quatre chiffres obsolète.

« Vous connaissez Ingenico ? Non ? Pourtant, vous avez sans doute déjà utilisé nos produits sans le savoir. » En ce 20 septembre 2017, la rédaction de Numerama fait escale à Barcelone pour venir découvrir quel pourrait être l’avenir des technologies de paiement à l’occasion de Visa Futures, la conférence organisée chaque année par l’entreprise à l’attention de ses clients et de la presse.

Au milieu des nombreuses démos exposées ce jour-là par Visa et ses partenaires, cette question posée par Vincent Ducrohet, en charge du marketing stratégique au sein de la cellule innovations d’Ingenico, nous interpelle. Et pas seulement parce qu’elle nous est posée en français — dans ces lieux où nous avons jusqu’à présent presque entendu exclusivement la langue de Shakespeare.

« Ingenico a été créée en 1980, nous sommes l’entreprise leader sur le marché des terminaux de paiement, poursuit Vincent Ducrohet. C’est nous qui fournissons ces boîtiers aux entreprises, pour que vous puissiez régler vos achats en carte bleue. Cela signifie que si vous avez déjà fait un achat dans un magasin ou en ligne sur un site marchand, il y a des chances pour que vous ayez déjà utilisé nos services. »

Validation biométrique

L’entreprise, qui explique sur son site intégrer « les dernières évolutions technologiques et les schémas sécuritaires les plus avancés » aux terminaux de paiement qu’elle développe, a dévoilé à l’occasion de Visa Futures l’une de ses dernières innovations. Elle consiste en un terminal permettant de payer grâce à la validation biométrique. Le boîtier est en effet équipé d’une technologie de reconnaissance faciale. Démonstration :

L’apparence de ce terminal de paiement n’est pas particulièrement déroutante pour quiconque a déjà l’habitude de payer ses achats en carte bancaire : un cadran, un pavé numérique et trois touches rouge, jaune et verte caractéristiques. À la seule différence que ces touches perdent leur utilité originelle dans le procédé mis en place par Ingenico.

Le terminal de paiement est équipé d’une caméra

« J’insère la carte de paiement dans le terminal, mais au lieu de taper les quatre chiffres habituels, j’ai juste à me mettre devant le terminal, il y a une petite caméra qui est juste là, je vais me mettre devant le terminal, je vais m’approcher, et il va vérifier si c’est bien moi. Si c’est le cas, il va me dire ‘paiement effectué’ », nous explique Vincent Ducrohet. Le paiement est validé, sans qu’il soit effectivement nécessaire de taper un code.

L’entreprise leader du marché des terminaux semble semble donc convaincue de la nécessité de miser sur des technologies comme la reconnaissance faciale pour transformer, dans un futur proche, l’expérience du paiement sur un terminal.

Ingenico n’est d’ailleurs pas le seul acteur a avoir songé à ce nouvel usage : en Chine, Alibaba recourt à la reconnaissance faciale pour permettre aux clients d’un restaurant de régler leur commande.

Partager sur les réseaux sociaux