En Chine, les clients d'un restaurant KFC peuvent maintenant régler leurs commandes de salades et autres plats en esquissant un sourire. Le fast-food est désormais équipé d'un outil de reconnaissance faciale créé par Alipay, baptisé « Smile to Pay. »

« Cheese. » Voilà le mot que les photographes ont l’habitude de vous demander de prononcer, afin de vous faire décrocher un sourire au moment d’immortaliser votre portrait. Il faut bien l’admettre, sourire à un objectif n’a rien de très naturel. Pourtant, cette expression du visage pourrait bientôt avoir une utilité face à une caméra : vous permettre de régler vos achats.

Le système de paiement en ligne Alipay, créé en 2004 par le groupe Alibaba, utilise en effet désormais une technologie de reconnaissance faciale avec l’objectif d’améliorer son processus de vente. Cette nouvelle technologie est actuellement testée au sein d’un fast-food KFC situé dans la ville d’Hangzhou en Chine.

Souriez, c’est payé

Ainsi, les clients du restaurant peuvent maintenant régler leur commande en souriant en direction d’une caméra prévue à cet effet. Exit le paiement sans contact. Néanmoins, la clientèle du fast-food doit conserver son smartphone à portée de main pour valider la transaction effectuée grâce à la reconnaissance faciale.

Alibaba

Logiquement baptisé « Smile to Pay », ce système a été pensé pour résister aux tentatives de falsifications que pourraient essayer de mettre en œuvre des consommateurs mal intentionnés. L’outil fonctionne avec une caméra de détection de profondeur, ainsi qu’un algorithme capable d’identifier les personnes. A priori, ce dernier ne se laisse d’ailleurs pas berner par des artifices tels que du maquillage ou des perruques.

L’algorithme vous reconnaît (oui, même si vous portez une perruque)

Il semble raisonnable de penser que la Chine pourrait bien se positionner comme un leader des technologies de reconnaissance faciale utilisées dans le cadre d’un paiement. En effet, le développement de tels outils est davantage freiné sur le sol américain, en raison de lois bien plus strictes régissant la collecte des données biométriques — néanmoins, il n’est pas exclu que la reconnaissance faciale envahisse prochainement les rues de New York.

En Chine, la reconnaissance faciale commence par exemple à investir les aéroports. La ville de Nanyang, située dans la province chinoise du Henan, propose désormais à certains de ses voyageurs de troquer leur carte d’embarquement contre une app intégrant la photo de leur visage.

Partager sur les réseaux sociaux