Facebook annonce la généralisation d'un onglet qui permettra à l'ensemble de sa communauté d'accéder plus facilement au Safety Check en cas de catastrophe ou d'attentat. Le Safety Check permet d'indiquer à ses proches que l'on est en sécurité.

Paris, Bruxelles, Nice mais aussi Manchester, Londres et Barcelone : depuis 2014, le service de contrôle d’absence de danger (Safety Check) de Facebook a été déclenché à de multiples reprises, essentiellement pour permettre aux internautes membres du réseau social d’informer leurs proches qu’ils ont échappé à un attentat ayant eu lieu non loin de l’endroit où ils se trouvaient.

Parfois critiqué pour ses dysfonctionnements (une fausse alerte a été déclenchée en Thaïlande à cause d’un article de désinformation, l’attentat survenu à Beyrouth en 2015 n’a pas eu le même traitement que les alertes survenues en Occident), l’outil a toutefois été salué à plusieurs reprises pour son utilité sociale, celui-ci permettant de rassurer d’un seul coup un grand nombre de contacts.

Depuis lors, ce service a évolué : s’il était prévu au départ pour rassurer ses proches en cas de catastrophe naturelle, comme le séisme survenu au Népal, il est désormais essentiellement déclenché lorsqu’un attentat ou une prise d’otage a lieu. Il est aussi devenu communautaire, afin d’alimenter la plateforme par d’autres signaux que ceux émis par les agences de signalement internationales.

Il s’avère toutefois que l’accès au Safety Check n’était pas le plus commode. C’est pour cela que Facebook a annoncé lundi 21 août la généralisation progressive d’un nouvel onglet sur le réseau social, qui permettra à terme à chacun de se signaler en sécurité et voir si ses contacts le sont également. L’onglet doit figurer notamment dans le menu latéral des favoris, dans l’application mobile.

« Il y a désormais une seule et unique place à visiter pour savoir à quel endroit le Safety Check a été récemment activé, obtenir l’information dont vous avez besoin et le cas échéant apporter une aide dans les zones sinistrées », commente le site communautaire américain. Cette évolution de la fonctionnalité survient quelques jours après les attentats survenus en Espagne.

Partager sur les réseaux sociaux