Microsoft estime que ses changements sur la façon dont il traite et collecte les données personnelles de sa clientèle sont désormais bien accueillis.

Lors de la sortie de Windows 10 fin juillet 2015, Microsoft avait concentré sur lui un feu nourri de critiques au sujet de la manière dont le système d’exploitation traitait les informations personnelles de sa clientèle. La presse s’était emparée du sujet, tout comme plusieurs autorités en charge de la protection des données privées et de la vie privée, dont la Cnil et son homologue suisse.

Face aux remontrances des autorités et ayant conscience que le futur règlement va leur permettre d’infliger des amendes dont le montant pourra aller jusqu’à 4 % du chiffre d’affaires mondial, Microsoft a fait plusieurs changements afin de ne pas s’exposer à une sanction financière qui pourrait atteindre des centaines de millions de dollars.

Microsoft Surface

Ces modifications incluent une refonte des réglages pour les rendre plus claires, le retrait de certaines options nébuleuses et la publication de la liste détaillée des données susceptibles d’être récupérées sur le poste informatique d’un utilisateur. Les utilisateurs ont ainsi un meilleur contrôle des données et Microsoft en récupère beaucoup moins. Pour toutes ces raisons, la Cnil a levé sa mise en demeure.

Est-ce assez pour clore ce chapitre très sensible et passer à autre chose ? Microsoft veut y croire. Maintenant qu’elle a lancé le déploiement de la Creators Update pour Windows 10 — mise à jour qui inclut en partie les modifications ayant trait au traitement de données personnelles –, l’entreprise américaine dit avoir voulu s’en assurer auprès de sa clientèle : et les retours seraient positifs.

Des retours positifs

«  Les commentaires que nous avons reçus au sujet de la mise à jour Creators Update ont été positifs. Ce sont d’excellentes nouvelles pour nous parce que ce que nous entendons de vous agit directement sur les améliorations que nous apportons », écrit Marisa Rogers, en charge de la vie privée dans l’entreprise américaine. Mais elle se garde bien de parler des retours négatif.

La compagnie souligne en revanche que la majorité (71 %) des utilisateurs opte pour le diagnostic complet avec l’envoi de toutes les données afin de donner à Microsoft tous les informations pour lui permettre de comprendre et traiter les problèmes que le grand public lui adresse via les rapports d’erreur. Microsoft affirme aussi que le tableau de bord relatif à la vie privée est plébiscité, avec 23 millions d’usagers l’ayant utilisé.

Partager sur les réseaux sociaux