Opération transparence chez Microsoft. Alors que la mise à jour Creators Update arrive, avec ses changements sur la protection des données, l'entreprise américaine annonce des clarifications sur la gestion de la vie privée dans Windows 10. Elle publie en outre la liste complète des données collectées par l'OS.

Sous le feu des critiques depuis le début à cause de sa politique liée à la vie privée et aux données des utilisateurs, Microsoft est attendu de pied ferme le 11 avril. C’est en effet à cette date que l’entreprise américaine doit commencer à déployer la grosse mise à jour de Windows 10, baptisée Creators Update. Or, celle-ci contient diverses modifications dont des changements sur la protection des données.

Cette mise à jour du système d’exploitation, qui doit améliorer la compréhension des utilisateurs au sujet des informations relatives à leur vie privée, s’accompagne aussi d’une actualisation de la déclaration de Microsoft au sujet de la confidentialité des données ainsi que d’explications plus étayées au sujet des éléments que l’entreprise américaine est amenée à collecter.

Pour la première fois, nous avons publié une liste complète des données de diagnostic qui sont collectées au niveau basique

C’est ce qu’expliquent Terry Myerson, le responsable de la division Windows et Appareils, et Marisa Rogers, en charge de la vie privée : « pour la première fois, nous avons publié une liste complète des données de diagnostic qui sont collectées au niveau basique. […] Nous fournissons également un résumé détaillé des données que nous collectons auprès des utilisateurs aux niveaux de diagnostic basique et complet ».

Il existe actuellement un troisième seuil, nommé niveau de diagnostic amélioré, mais celui-ci va disparaître avec Windows 10 Creators Update. Les utilisateurs concernés devront choisir l’un des deux modes restants. Par ailleurs, il est prévu de réduire la quantité d’information envoyée vers ses serveurs avec l’option basique. Seuls les rapports d’erreur strictement nécessaires à la correction de bug seront transmis.

« Nos équipes ont aussi travaillé avec diligence depuis la mise à jour anniversaire pour réévaluer les données strictement nécessaires au niveau de base pour que les périphériques Windows 10 soient à jour et sécurisés », lit-on. « En conséquence, nous avons réduit le nombre d’événements collectés et baissé d’environ la moitié le volume de données que nous collectons au niveau de base ».

Les réglages auxquels il faut s’attendre.

La liste des évènements et des champs pour le diagnostic au niveau basique que Windows 10 transfère à Microsoft est consultable à cette adresse.

Outre ces modifications, Microsoft entend fournir prochainement des éléments expliquant de quelle façon Windows 10 sera respectueux du règlement général sur la protection des données, dont la mise en application au niveau européen doit survenir à partir du 25 mai 2018. Rappelons qu’en France et dans l’Union, la manière dont sont protégées les données personnelles sur Windows 10 reste une source d’inquiétude.

En début d’année, Microsoft a annoncé des mesures destinées à simplifier la mise en route de Windows 10, incluant un paramétrage abrégé et simplifié des réglages relatifs à la vie privée et un site permettant de consulter les données que la firme de Redmond sait de vous, avec la possibilité de supprimer si c’est nécessaire.

Une transparence tardive. Mais suffisante ?

La mise en place de ces nouveaux outils de contrôle, plus nombreux, plus clairs et plus respectueux des internautes, est évidemment une bonne chose et il est heureux que Microsoft aille dans cette direction. Seulement, tout cela arrive bien tardivement : cela fait presque deux ans que Windows 10 est disponible et il a fallu exercer une pression très importante sur Microsoft pour le pousser à réagir.

Reste une question : les modifications satisferont-elles les autorités européennes se consacrant à la protection des données et de la vie privée ? Rien n’est moins sûr. En effet, bien qu’allant dans le bon sens, celles-ci ne sont peut-être pas encore suffisantes pour pleinement les contenter. Mais peut-être seront-elles assez proches du seuil fixé ces instances pour les apaiser suffisamment et éviter un bras de fer.

Partager sur les réseaux sociaux