La Model 3 est officielle et désormais, tout reste à faire pour Tesla : produire suffisamment de véhicule pour répondre à la demande.

Si la Tesla Model 3 a été confirmée dans sa version définitive il y a peu, cela fait à peu près un an que l’entreprise a ouvert les précommandes pour son véhicule de milieu de gamme. D’aucuns diront qu’il s’agissait d’un énorme crowdfunding, dans la mesure où les clients devaient payer une petite somme pour réserver le droit d’acheter un produit dont ils ne connaissaient pas les caractéristiques, mais il faut croire qu’il a bien fonctionné.

Aujourd’hui, on sait que sur les 518 000 précommandes enregistrées par Tesla, 455 000 ont été converties en véritables commandes. Les 63 000 clients qui se sont désistés ont été remboursés de leur mise initiale. Et ces clients qui ne verront pas arriver leur Model 3 d’ici 2018 — voire 2019 — sont encore aujourd’hui nombreux : d’après Recode, Tesla enregistrerait en moyenne, aujourd’hui, 1 800 précommandes par jour. Cela signifie qu’en un peu plus d’un mois, les 63 000 désistements de l’année écoulée auront été rattrapés.

Cela signifie aussi que Tesla va avoir fort à faire dans les mois qui viennent pour répondre à la demande. L’entreprise estime en effet qu’elle pourra faire sortir 5 000 véhicules par semaine d’ici la fin de l’année 2017 et jusqu’à 10 000 véhicules par semaine en 2018. Tout cela, si « tout se passe bien  » : Elon Musk est conscient qu’une seule faille dans l’approvisionnement ou la logistique pourrait freiner la production et augmenter les délais pour les clients. Le milliardaire se dit pourtant « plus confiant qu’il ne l’a jamais été pour Tesla » aujourd’hui, rassurant au passage, comme il le peut, ses investisseurs qui ont fait un pari.

Partager sur les réseaux sociaux