À côté de votre boîte aux lettres, bientôt un casier Amazon pour réceptionner vos commandes ? Aux États-Unis, le géant du e-commerce commence à installer dans les halls d'immeuble ses « Hub » où sont livrés directement des colis. Plus besoin d'aller les chercher dans des lieux publics dotés des Amazon Lockers.

En région parisienne, il existe quelques casiers automatisés Amazon, dissimulés dans des galeries marchandes comme celle de Gaîté, à Montparnasse. Ces points relais automatisés réceptionnent les commandes réalisées sur le site du géant et les conserve jusqu’à ce que le client vienne chercher sa commande. Toujours disponibles — sauf quand la galerie ferme –, les casiers du géant remplacent avantageusement le voisin qui réceptionne gentiment vos colis, et le gardien qui en a marre de vos cartons.

Aux États-Unis, le géant fondé par Jeff Bezos veut aller plus loin en remplaçant les gardiens. Le géant a en effet choisi d’installer des casiers automatiques dans les résidences et les halls d’immeuble. Pour réussir à convaincre les habitants de se laisser tenter par son casier à colis, Amazon a ouvert ses casiers à toutes les commandes, même à ceux du concurrent Wal-Mart.

Pour la firme de Seattle, ces Hubs qui accompagneront les Lockers — dans des lieux publics — doivent aider à franchir le dernier obstacle d’Amazon : le dernier kilomètre. En effet, dans la chaîne logistique tentaculaire du géant, le tronçon le plus long et le plus complexe est toujours celui qui va jusqu’à la porte du client. En France, ce dernier kilomètre est étudié grâce à PrimeAir, les drones de livraison qui pourraient aller directement au consommateur, et ses investissements dans Colis Privé.

En facilitant la réception du colis, le commerçant accélère ses livraisons et gagne temps et argent sur des livraisons coûteuses. Les casiers ont également vocation à remplacer nos boîtes aux lettres qui, ces dernières années, se sont montrées particulièrement inadaptées aux nouveaux usages : les cartons n’y rentrant que rarement, les colis non réceptionnés perdent alors jusqu’à une journée de trajet avant que le client puisse le récupérer auprès d’un centre postier ou d’un concierge.

Dans ses intérêts, la firme voudrait solutionner cette question de la livraison. Ainsi, ses clients recevront alors leur colis en une vingtaine d’heures, chez eux. Pour le marchand, sa promesse serait alors tenue et le e-commerce deviendrait aussi, voire plus, facile que le commerce.

Partager sur les réseaux sociaux