Xiaomi ne fait pas que des smartphones. Le constructeur chinois livre une belle copie avec sa trottinette électrique M365, vendue en-dessous de la barre des 400 €.

Pour un Français qui ne s’intéresserait pas à la marque, Xiaomi ne vendrait rien. Mais il suffit de creuser un peu pour voir que le Chinois que les technophiles connaissent pour ses smartphones au rapport qualité / prix imbattable s’est lancé dans la commercialisation de tout un tas de produits. À la rédaction, nous avons vu passer des lampes, une machine à café, une valise, un auto-cuiseur de riz… et une trottinette électrique. Cette dernière, vous vous en doutez, a attiré notre attention.

D’abord, parce que la Xiaomi M365 est un engin peu onéreux. On la trouve régulièrement sur Gearbest, l’un des plus grands importateurs qui sert aussi la France, à moins de 400 €. À l’heure où ces lignes sont écrites, elle coûte 350 € avec une réduction temporaire. À titre de comparaison, la City Carbon (qui est l’une des plus compactes et des moins lourdes du marché) que nous avons testée coûtait 1 390 €. L’écart de prix est énorme : d’un côté, on se dit qu’on va se faire plaisir avec un moyen de transport sympa, de l’autre, il faut commencer à budgétiser sérieusement, à voir comment on peut économiser sur les transports en commun… bref, c’est cher.

Du coup, à 350 €, plusieurs questions vont se poser : est-ce que c’est un produit de qualité ? Est-ce que cela ne va pas lâcher en quelques jours d’utilisation ? Est-ce que c’est confortable, bien fini, agréable ? Est-ce que la trottinette est polyvalente, à l’aise sur les différentes routes ? Est-ce que l’autonomie est bonne ? Bref, toutes les questions, légitimes, qu’on se poserait en voyant un objet aussi peu cher par rapport à ses promesses.

Après deux semaines et plusieurs dizaines de kilomètres d’utilisation, c’est l’heure du verdict.

L’incroyable sensation de liberté

La bête

Évidemment, il faut passer la barrière psychologique du produit importé. La fiche sur Gearbest, tout comme le manuel, ferait rebrousser chemin à tout acheteur qui identifie des offres de qualité à une présentation exemplaire. Matériau : alliage d’aluminium de qualité aérienne !  Distance de croisière : 30 km ! Taille de pliage : 108 x 43 x 49cm ! Bref, on déchiffre aisément, mais on sent aussi la traduction automatique. Qu’on aurait tort de s’arrêter à cela !

La Xiaomi M365 fait une première impression époustouflante. La qualité n’est pas aérienne, mais elle est au rendez-vous. L’ensemble du cadre est moulé dans différents métaux qui donnent à l’ensemble une impression de solidité tout à fait rassurante. Les articulations de la machine, au niveau du bas du guidon ou celles des roues sont épaisses et ont l’air robustes. L’engin pèse 12,5 kilos et on les sent bien répartis sur le corps de la trottinette.

Malin, Xiaomi a utilisé sa sonnette comme une attache pour retenir le guidon sur les roues. On attend le « clip » et on peut transporter la trottinette, guidon en avant pour ne pas qu’il percute absolument tout sur son passage. L’idée est maline et c’est exactement ce qui nous vient à l’esprit quand on découvre un peu plus la M365 : malin.

Malin, c’est Xiaomi qui a économisé sur l’écran pour ne fournir que des diodes en façade, montrant l’autonomie restante et le mode de conduite. Malin, c’est aussi l’idée d’avoir proposé une trottinette ni trop lourde ni trop petite et qui est un juste milieu assez idéal entre suspensions, pneus amortisseurs, stabilité et confort. Vous la portez dans des escaliers sans trop de souci et les rebords des trottoirs et autres embuches de la route ne seront que des mauvais souvenirs.

Sur la route, la M365 est impressionnante : elle tient sa vitesse annoncée de 25 km/h (et la dépasse parfois en descente) et sa courbe d’accélération est très agréable : on sent qu’on peut accélérer vite sur piste cyclable, tout comme on peut se maintenir en équilibre dans les zones piétonnes (rappel, la trottinette électrique est encore entre deux législations, la règle étant le bon sens : ne faites pas les idiots et tout ira bien).

Les montées urbaines ne lui font pas peur du tout, même si elle va commencer à souffrir sur les côtes (Xiaomi annonce un maximum de 14 degrés de dénivelé en grimpe). À Paris, nous n’avons trouvé aucune côte qu’elle n’a pas montée, mais nous n’avons pas fait les passages les plus raides de la butte Montmartre, par exemple. On se sent en sécurité aussi bien sur les trottoirs que sur les voies de vélo — ou sur la route le cas échéant, quand le reste est inaccessible. Et jamais l’idée que l’engin va partir en vrille nous traverse l’esprit.

Le sentiment de liberté et de confiance dans le produit est très agréable : jamais on l’entend grincer, jamais on se dit qu’un composant va lâcher (pas même celui, en plastique, qui vient assurer le bloquage du guidon) et surtout, elle est suffisamment imposante pour encaisser les vibrations sans les transmettre à nos bras. Bref, sur les pavés ou le bitume, c’est que du plaisir.

La M365 n’est pas dénuée de subtilités technologiques : vous pouvez par exemple la configurer dans un mode économie d’énergie qui ne vous fera pas dépasser les 18 km/h et garantira une autonomie de 30 km. On tourne plutôt entre 13 et 15 (selon votre poids et votre trajet) si on fonce à 25 km/h la plupart du temps.

De même, Xiaomi a ajouté un mode Cruise particulièrement agréable (mais à réserver aux conducteurs initiés : gare aux surprises vu que la trottinette continue d’avancer même si vous n’êtes plus dessus) : une fois enclenché, si vous maintenez la même vitesse pendant 5 secondes, la M365 va émettre un son et garder, seule, la vitesse. Plus besoin d’appuyer sur l’accélérateur.

Très pratique sur des boulevards vides ou pour caler sa vitesse sur quelqu’un à vélo ou à pied : la fonction peut se déclencher sans souci en-dessous de 10 km/h. Comme toutes les aides à la conduite, cela vous permet de vous concentrer sur l’important : votre environnement et ses dangers (rappel : les trottinettes électriques sont un nouveau moyen de transport, donc tout le monde vous déteste a priori, sur la route comme sur les trottoirs).

Enfin, on trouve plusieurs modes de récupération d’énergie (léger, moyen ou fort) qui vont augmenter le freinage naturel de l’engin (comparable au « frein moteur ») : en fort, nous l’avons trouvé un poil trop rapide à décélérer. Difficile d’imaginer quel est l’impact réel sur la consommation d’énergie : certains constructeurs préfèrent ne pas s’embêter avec ces systèmes qui ajoutent de la complexité au moteur car le gain est marginal — le magasin qui vendait la City Carbon avançait 5 % d’économie de trajet en plus sur ce type de modèle. Nous l’avons laissé en « léger » la plupart du temps.

La seule technologie embarquée à laquelle nous ne croyons pas vraiment, c’est le système de frein antiblocage E-ABS. Alors certes, il est vrai que la M365 ne pile pas : elle va plutôt freiner de manière dégressive et intelligente. Cela dit, on se demande si c’est une vraie technologie ou une faiblesse transformée en argument commercial : à l’arrêt, frein serré, vous pouvez faire bouger la trottinette sans problème. Notez en revanche que les freins ne nous ont jamais fait peur : ils réagissent bien et la décélération naturelle de la trottinette même sans frein est satisfaisante et permet d’anticiper.

Un logiciel obligatoire, mais en retrait

Pour nous, c’est donc un coup de cœur coté technique et conduite qui est seulement atténué par le côté logiciel. En effet, sans écran, les fonctions et configurations de la M365 ont été déportées sur une application compagnon. Il s’agit de Ninebot, le constructeur chinois réputé dans le milieu qui a racheté Segway. Coïncidence : l’un des principaux investisseurs de Ninebot est nul autre que Xiaomi qui a peut-être profité d’un transfert de technologie pour ses propres produits.

Problème : l’application est loin d’être satisfaisante. Tout d’abord, l’idée de mettre son smartphone dans un porte-smartphone attaché à la trottinette n’est pas plaisante. On imagine une chute et le petit ordinateur de poche qui vole en éclat sur la chaussée. Du coup, on se passe malheureusement des informations en temps réel sur la vitesse, le niveau de batterie restant précis etc.

Les options de configuration (mode de récupération d’énergie, régulateur de vitesse…) sont mal expliquées et ne sont accessibles que via l’app : si vous ne l’installez pas, vous risquez de passer à coté.

Le plus décevant est peut-être l’absence totale de suivi des trajets. Vous lancez l’application, vous la synchronisez avec votre M365, vous éteignez la trottinette en arrivant chez vous… et c’est déjà trop tard : l’application a perdu votre trajet, votre vitesse moyenne, votre consommation… c’est dommage, amoureux des données, on aurait aimé voir notre parcours, comment l’optimiser et surtout, combien de temps il nous a pris par rapport à d’autres moyens de transport plus conventionnels.

Restons pourtant clairs : nous chouinons volontiers pour pas grand chose, parce que nous aimons que les choses soient parfaites, surtout quand elles auraient pu l’être avec un petit peu de développement logiciel. Mais ce n’est clairement pas ça qui nous dérange au quotidien : on savoure quand même la liberté totale qui n’est autorisée qu’aux trottinettes électriques, qui ne sont ni trop des vélos, ni suffisamment des scooters.

la Xiaomi M365 est un must-have qu’on recommande vivement

Bref, pour qui cherche une trottinette électrique bon marché, bien finie robuste et à des kilomètres des no-name vendues dans les grandes surfaces, la Xiaomi M365 est un must-have qu’on recommande vivement.

Photo : Gwénaëlle Hamon

Trottinette Xiaomi M365

En bref

Trottinette Xiaomi M365

En matière de nouvelles mobilités urbaines, nous avons vu passer à la rédaction une quantité d'arnaques no name dont nous n'avons même pas osé parler. La trottinette Xiaomi M365 n'est pas de ce genre. 

Robuste, bien finie, extrêmement agréable à conduire, rapide, polyvalente et peu onéreuse cette trottinette venue directement de Chine est une excellente surprise. Entre 350 € et 400 €, difficile d'hésiter tant la réalité dépasse les promesses maladroites du constructeur qui ne s'importe toujours pas officiellement en France. 

Top

  • Rapide, polyvalente
  • Robuste et compacte
  • Rapport qualité/prix

Bof

  • IP54, mais n'aime pas trop la pluie
  • L'application pas top
  • Aucune info sur la vitesse sur le guidon

Partager sur les réseaux sociaux