Microsoft publie une vague de correctifs pour Windows. Particularité de ces mises à jour : plusieurs anciens systèmes d'exploitation, dont certains sont jugés obsolètes par la firme de Redmond, sont concernés.

Qui a dit que Microsoft ne se préoccupait plus du tout de la sécurité de sa clientèle utilisant ses vieux systèmes d’exploitation ? Alors que cela fait déjà un bon moment que le géant des logiciels a envoyé à la retraite Windows XP et Vista (le support étendu du premier s’est achevé officiellement le 8 avril 2014 et celui du second le 11 avril 2017), de nouveaux correctifs ont été publiés en juin !

En réalité, ce ne sont pas les deux seuls O.S. qui sont concernés par cette vague de mises à jour exceptionnelle. Outre XP et Vista, Microsoft fournit des patchs pour 8, 8.1, 8.1 RT, Server 2003 / R2, Serveur 2008 / R2, 7, Server 2012 / R2, 10, Server 2016 ainsi que les versions Windows Embedded.

vista
CC Cheon Fong Liew

S’il est attendu que Microsoft s’occupe de ses systèmes d’exploitation sur plusieurs années lorsque ceux-ci ne sont pas trop âgés, il est inattendu de voir que l’éditeur américain se remette à mettre à jour des plateformes qu’il juge obsolètes et dont il s’est occupé pendant dix ans. Mais dans un billet de blog publié mardi 13 juin, le groupe dit avoir de bonnes raisons de faire cette petite entorse.

« Nous avons pris des dispositions pour fournir des mises à jour de sécurité critiques additionnelles pour résoudre des vulnérabilités qui courent un risque accru d’exploitation en raison de l’activité passée d’activités et de divulgations soutenues par des États », explique Eric Doerr, le responsable du centre de réponse de Microsoft en matière de sécurité informatique.

bsod

Si vous avez activé les mises à jour automatiques sur le PC, vous n’avez rien de spécial à faire. Les correctifs vont arriver sur l’ordinateur — si ce n’est pas déjà fait — et vous devrez peut-être redémarrer pour les appliquer correctement. Si vous avez opté pour une mise à jour manuelle, Microsoft vous invite à les récupérer sans tarder. En particulier si vous êtes sur une machine équipée d’un vieux Windows.

« Sur la base d’une évaluation de la situation de la menace actuelle par nos ingénieurs de sécurité, nous avons pris la décision de rendre ces mises à jour disponibles plus largement », commente la société. «  Certains de ces patchs sont nouveaux et d’autres sont destinés aux vieilles plateformes couvertes par des accords de maintenance personnalisée, et que nous rendons publics pour tout le monde aujourd’hui ».

Décision exceptionnelle de Microsoft

Microsoft tient toutefois à mettre les choses au point : l’arrivée de patchs de sécurité pour les vieilles versions du système d’exploitation ne signifie pas que l’entreprise a laissé tomber sa politique à l’égard des O.S. qui dépassent les dix ans d’âge. La firme de Redmond invite toujours ceux et celles sur d’anciens systèmes à basculer sur des solutions plus récentes.

« La meilleure protection est d’avoir un système moderne et à jour qui inclut les dernières innovations en matière de défense en profondeur. Les systèmes anciens, même s’ils ont été mis totalement à jour [avec les patchs disponibles], ne disposent pas des dernières fonctionnalités et avancées en matière de sécurité », martèle le groupe. Bref, passez sur Windows 7, 8.1 ou, mieux, 10.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft décidé de diffuser des patchs de sécurité pour des systèmes d’exploitation qui sont censés être délaissés par l’éditeur. En mai 2014, la société avait finalement déployé un patch spécial pour Internet Explorer. Plus récemment, en pleine contamination du rançongiciel WannaCrypt, le groupe avait également mis à disposition un patch à sa clientèle.

Patch que le groupe possédait depuis février, soit bien avant l’infection. Sans doute cette vague de mises à jour exceptionnelle vise-t-elle à éviter qu’un scénario à la WannaCrypt ne se reproduise ou alors peut-être s’agit-il de contrer de futures critiques qui reprocheraient Microsoft de garder un patch essentiel au motif que les O.S. qui pourraient en profiter sont à la retraite.

Partager sur les réseaux sociaux