Un informaticien qui a travaillé sur Windows, David Plummer, a livré une anecdote sur le système d’exploitation. L’outil dédié au formatage a été développé initialement dans une version provisoire, qui aurait dû être actualisée par la suite. Or, la mise à jour n’a jamais eu lieu. Et depuis, la bévue est restée.

C’est le genre de récit que n’importe quel informaticien pourrait certainement raconter, en guise d’anecdote. Un bout de code oublié, un easter egg caché dans une instruction, un commentaire qui sort de l’ordinaire. L’odyssée de la tech regorge de petites histoires inattendues — on le voit par exemple dans le nom des entreprises.

Le 25 mars, Dave William Plummer s’est justement livré à une confession sur X (ex-Twitter). Son nom ne vous dit probablement rien. Cependant, si vous utilisez le système d’exploitation Windows, vous avez sans doute déjà croisé son travail. Ses contributions à la tech sont telles qu’il a fini par avoir droit à sa propre page Wikipédia.

Parmi ses grandes réalisations, mentionnons-en deux : le gestionnaire des tâches Windows (c’est via cette boîte de dialogue que vous tuez un processus actif, si une application ne répond plus), et la prise en charge sur Windows du format ZIP qui sert à la compression de données, pour gagner un peu de place et regrouper des fichiers dans une archive.

Format Windows
La boîte en question. // Source : Capture d’écran

On lui doit aussi la fameuse boîte de dialogue à propos du formatage dans Windows. Cette fonction a pour effet d’effacer tout le contenu d’un support de stockage accessible par l’O.S., comme un disque dur ou une clé USB. Si vous avez déjà manipulé cet outil, le travail de David Plummer ne vous est donc absolument pas étranger.

Or, cet utilitaire de formatage se trouve dans Windows sur un malentendu. Il n’était pas prévu qu’il ait ce look et cet agencement. La boîte de dialogue qui est actuellement présente dans le système d’exploitation était censée être une solution provisoire, en attendant une approche plus élégante, et mieux ordonnée.

L’outil qui devait être mis à jour et qui a été oublié

C’est ce que raconte justement l’anecdote de David Plummer. Au moment où l’informaticien se penche sur le sujet, à la fin 1994 selon lui, Microsoft est lancé dans un vaste chantier : il s’agit de transposer la myriade de lignes de code de Windows 95 vers NT (acronyme de New Technology), une nouvelle famille de systèmes d’exploitation Windows.

« Le formatage était l’un des domaines où Windows NT était suffisamment différent de Windows 95 pour que nous devions créer une interface utilisateur personnalisée », raconte-t-il. Pour le public, l’ère de Windows NT est surtout apparue avec XP, sorti en octobre 2001 — et parfois avec Windows 2000, lancé en décembre 1999.

David Plummer liste alors toutes les options et paramètres à considérer au moment d’une opération de formatage : choix du système de fichiers, taille d’unité d’allocation, nom à donner à l’espace de stockage, choix ou non d’un formatage rapide, ou bien remise à zéro des réglages, pour retrouver ceux définis par défaut.

L’utilisateur n’avait plus qu’à lancer l’opération avec le bouton « Démarrer » ou bien fermer la boîte de dialogue, avec la croix traditionnelle en haut à droite ou via le bouton « Fermer ». Généralement, le public devait surtout se prononcer sur le système de fichiers (FAT vs NTFS), le premier étant adapté pour la famille Windows 9x, le second pour NT.

disque dur
Le formatage concerne notamment les disques durs, quand il s’agit d’effacer leur contenu. // Source : Sergei Starostin

« J’ai pris une feuille de papier et j’ai noté toutes les options et tous les choix que vous pouviez faire concernant le formatage d’un disque », dit-il. « Puis, j’ai sorti le logiciel Visual C++ et j’ai utilisé l’éditeur de ressources pour créer un simplement empilement de tous les choix à faire, dans l’ordre approximatif où ils devaient être faits. »

Il le reconnaît : tout cela était arbitraire, parce que ce devait surtout être très temporaire. Un travail de portage était en cours entre deux générations d’O.S. et ce pis-aller aurait dû être remplacé prochainement. « Ce n’était pas très élégant, mais cela suffisait jusqu’à l’arrivée d’une interface utilisateur élégante », se souvient-il.

De toute évidence, le besoin d’actualiser l’utilitaire s’est perdu en cours de route, puisque c’est toujours cette fenêtre de dialogue que l’on utilise trente ans plus tard. On la retrouve toujours dans Windows 11, sorti en octobre 2021. L’histoire ne dit pas les causes de ce cafouillage, heureusement sans fâcheuse conséquence.

L’émergence de cette histoire sera-t-elle l’opportunité de toiletter l’outil de formatage lorsque Windows 12 arrivera ? Peut-être. Mais c’est surtout une occasion pour David Plummer d’adresser un rappel : il faut se méfier des solutions temporaires dans le code. Elles ont tendance à être oubliées et à devenir permanentes.


Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !