Le gouvernement norvégien souligne que la moitié des voitures vendues en janvier 2017 sont des véhicules hybrides et électriques. Il s'agit d'un grand résultat pour la politique verte du pays.

Même s’il s’agit de l’un des plus grands producteurs de pétrole d’Europe, la Norvège est en train de se convertir à l’écologie de manière efficace. Ce lundi 6 mars, le pays a annoncé que la moitié de ses voitures neuves correspond à des véhicules hybrides et électriques. Respectivement, ils représentent 33,8 % et 17,6 % des voitures vendues en janvier 2017, comptant pour 51,4 % des ventes totales, selon le Conseil d’Information sur la Circulation Routière (OFV).

Cela est dû à la politique pro-écologique adoptée par la Norvège, qui taxe notamment les véhicules polluants. De leur côté, les voitures électriques ne sont presque pas visées par ce système de taxation et bénéficient d’accès gratuits aux autoroutes à péages, aux ferries et aux parkings publics. Ce type de véhicules peut aussi circuler dans les voies réservées aux bus.

Vidar Hegelsen, le ministre norvégien du Climat et de l’Environnement, salue ce résultat important : « C’est une étape fondamentale dans le projet de la Norvège qui encadre l’adoption des voitures électriques. Il est important de démontrer qu’il est possible d’accomplir une transition technologique et une transformation de marché dans le secteur des transports. Ainsi, la Norvège est un laboratoire politique qui est en train de montrer que les choses changent rapidement quand des programmes intelligents incitent le progrès. »

Plus de 100 000 voitures électriques enregistrées

Le pays avait entamé ce projet en 2012, lorsqu’il avait établi de baisser les émissions de dioxyde de carbone à une moyenne de 85 grammes par kilomètres avant 2020. Effectivement, la Norvège y est presque arrivée, car elle a enregistré une moyenne de 84 grammes d’émissions en janvier et 88 grammes en février. De plus, le pays du Nord comptait déjà 100 000 voitures électriques enregistrées en décembre 2016. L’année dernière, le gouvernement norvégien avait aussi établi de ne plus vendre de voitures utilisant exclusivement des combustibles fossiles en 2025.

Cependant, il reste beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne la baisse des prix des véhicules électriques et une accessibilité plus répandue des bornes de recharge. Christina Bu, la secrétaire générale de l’Association Norvégienne des Véhicules Électriques, souligne ce dernier problème : « L’un des défis principaux de la Norvège est d’installer assez de bornes de recharge. Nous avons encore beaucoup de travail à faire, notamment en ce qui concerne l’installation de bornes ultra-performantes. »

Partager sur les réseaux sociaux