Les mises à jour matérielles majeures des Tesla devraient arriver tous les 12 à 18 mois. C'est du moins ce qu'Elon Musk souhaite pour garder son avance.

On compare souvent Tesla à une entreprise des nouvelles technologies plus qu’à un constructeur automobile. Et la dernière déclaration d’Elon Musk sur Twitter rapproche encore plus l’Américain d’une marque de smartphone ou d’ordinateur : le CEO de Tesla a en effet affirmé qu’il souhaitait faire des mises à jour majeures du matériel embarqué dans ses voitures tous les 12 à 18 mois. Avant de commenter : « Tesla ne cessera jamais d’innover. Les gens qui n’ont pas compris cela ont acheté la mauvaise voiture.  ».

Musk répondait alors à la question d’un client de Tesla qui se demandait si l’entreprise allait mettre en place une politique de « mise à niveau » qui permettrait aux possesseurs d’un véhicule de mettre à jour le leur. Se concentrer sur un tel dispositif ralentirait énormément le rythme de l’entreprise côté innovation, ce que Musk ne souhaite pas. Pour passer d’une ancienne Tesla Model S à celles produites depuis octobre 2016, il faudrait entièrement démonter le véhicule et changer 300 pièces. Sans parler de construire la chaîne d’assemblage qui s’occuperait de cela.

TechCrunch rappelle qu’un constructeur « classique » conserve un même modèle à peu près 5 ans, en faisant des mises à jour par petites touches pendant cette période — mais pas des révisions majeures. Ces 12 à 18 mois sont donc une période très courte pour Tesla et qui peut être frustrante pour les clients. Par exemple, la dernière mise à jour matérielle annoncée par Tesla prépare la voiture à de l’autonomie de niveau 4 (ou 5) avec des dizaines de nouveaux capteurs. C’est cette nouvelle mouture de la Model S qui accueille en ce moment la nouvelle version de l’Autopilote, encore en phase de test pour rattraper les fonctionnalités des précédents véhicules — avant de les dépasser.

Et tant qu’il peut le faire, Elon Musk a raison d’implémenter des nouveautés matérielles à un rythme rapide : c’est ce qui fait aujourd’hui, en partie, la spécificité de Tesla sur le marché de l’automobile. Il reste du temps avant que l’industrie de la voiture électrique et autonome se stabilise en terme d’innovation comme peut l’être l’industrie du smartphone en 2017, renouvelant mollement un objet qui a à peu près atteint sa forme finale.

En espérant que Tesla ne cède pas aux sirènes de la dénomination des produits tech et qu’on ne voit jamais une Model X S2+ Deluxe sortir de l’esprit des équipes de comm’ de la marque.

Partager sur les réseaux sociaux