Samsung a enfin révélé les conclusions de son enquête sur l'origine des explosions du Galaxy Note 7. Le constructeur sud-coréen promet désormais une phase de test plus rigoureuse, en huit étapes, pour ses batteries en lithium-ion.

Les conclusions de l’enquête de Samsung sur l’origine des explosions du Galaxy Note 7 sont enfin connues : l’anomalie était due à deux défauts de batterie différents, l’un qui causait un court-circuit et l’autre qui s’enflammait à cause d’une soudure défectueuse. Le constructeur sud-coréen a surtout annoncé une série de mesures de test supplémentaires pour éviter que le problème ne se reproduise.

Désormais, ses batteries au lithium-ion feront l’objet d’une vérification systématique en huit étapes. Cinq d’entre elles — test de la durabilité, de tension à circuit ouvert, inspection visuelle, aux rayons X et désassemblage — étaient déjà appliquées par l’entreprise mais elle assure qu’elle les réalisera désormais avec plus de rigueur. Samsung y intègre trois nouveaux essais : une phase de charge et de décharge, un test de tous les composants organiques volatils (TVOC) et des essais d’usage accéléré.

Le constructeur se doit de regagner la confiance des clients avant le lancement de son prochain smartphone, le Galaxy S8, dont la batterie fera inévitablement l’objet d’une attention accrue. L’entreprise est déjà parvenue à limiter les pertes financières liées à ce fiasco très médiatisé.

Partager sur les réseaux sociaux