La Trezor dévoilée pour Renault au Mondial de l'Automobile synthétise toutes les ambitions du constructeur français en matière d'automobile : une voiture électrique, autonome et qui n'a pas sacrifié le plaisir de la conduite.

La pratique de la voiture concept peut paraître un brin obscure quand on ne s’intéresse que de loin au marché de l’automobile. En effet, au lieu de faire des professions de foi ou de grands discours, les constructeurs automobiles préfèrent envoyer du rêve en présentant des voitures idéales qui représentent leur vision à long terme du marché. Ces voitures ne sortiront à peu près jamais dans le commerce dans la version présentée par les marques, mais ce qui est montré représente une tendance vers laquelle la marque souhaite se diriger : cela en fait donc des objets importants pour comprendre le marché et les ambitions des différents protagonistes.

renault-trezor-9

Et pour le Mondial de l’automobile, Renault a mis le paquet avec sa Trezor. La voiture conceptualisée par le Français pourrait se lancer sans trop de mal sur les pistes délirantes d’un Speed Racer des sœurs Wachowski, avec son design futuriste qui la fait ressembler à un vaisseau spatial qui aurait rencontré la route d’une berline avec un capot démesuré. Bien entendu, la Trezor est présentée comme une voiture parfaitement autonome et entièrement électrique.

Pour le style, puisqu’il en faut, la voiture n’a qu’une porte qui est en fait une bonne moitié de la carrosserie qui vient se soulever pour se rabattre sur le capot du véhicule et laisser un large passage au conducteur et à son unique passager. L’intérieur de cuir rouge de la voiture nous transporte dans une dystopie dans laquelle les années 1980 seraient encore à la mode et auraient une place dans le design moderne — ce qui n’est pas pour nous déplaire, l’alliance du kitsch et de l’épuration totale a plutôt bonne allure.

Côté motorisation, on parle d’un moteur inspiré des recherches de l’entreprise sur la Formula-E et de batteries séparées en deux packs utilisés de manière distincte selon les situations. Renault n’a rien dit sur l’autonomie envisagée de son véhicule, ni sur la taille des batteries.

La Trezor se conduit dans trois modes : neutre, sport ou autonome. Le dernier mode n’est pas un pilotage automatique, mais bien une autonomie complète qui ne requière pas l’attention du conducteur. C’est clairement une idée vers laquelle tendent aujourd’hui tous les constructeurs, tablant sur 2020 pour un déploiement du logiciel de pilotage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés