Les constructeurs allemands qui ont racheté Here en 2015 présentent cette semaine au Mondial de l'Automobile leur « Open Location Platform », qui croisera les données des automobilistes pour afficher notamment les rues dans lesquelles ils ont le plus de chances de pouvoir se garer.

Aller en ville en voiture, c’est souvent devoir se résoudre à trouver un parking payant, tant les places gratuites libres sont rares. Parfois même, trouver un parking payant n’est pas simple. Mais à l’avenir, les véhicules pourront nous conduire dans les petites ruelles où des places sont disponibles. C’est en tout cas la promesse faite par HERE, qui présentera cette semaine au Mondial de l’Automobile à Paris sa plateforme « Open Location Platform », qui vise à tirer avantage de la mise en commun de données collectées sur les véhicules en mouvement.

L’entreprise va en effet utiliser les caméras et capteurs présents sur les voitures — d’abord celles d’Audi, BMW et Mercedes-Benz qui ont racheté Here à Nokia en 2015 — pour enrichir les données que l’ancien « Here Maps » collectait précédemment exclusivement à partir des coordonnées GPS. Parmi les services proposés, le prestataire permettra aux conducteurs d’avoir pour chaque rue des « prédictions de disponibilité » de places de parking et des « estimations de durée pour se garer », calculées en fonction des historiques de chaque utilisateur des services Here.

La plateforme croisera les données qu’il reçoit des véhicules avec d’autres sources d’information, pour proposer aussi un affichage à l’intérieur du véhicule du prix des places de stationnement, et la possibilité de rechercher des places selon le budget que l’on est prêt à dépenser (ou non) pour se garer.

here_press_hero-rgb

L’Open Location Platform, que d’autres constructeurs pourront implémenter à l’avenir, apportera aussi toute une série de fonctionnalités dédiées principalement à la sécurité, en détectant automatiquement la vitesse des véhicules, leur direction, les éventuels freinages d’urgence, les panneaux de signalisation sur la route, les activations de feux de détresse, l’utilisation des essuie-glaces, la perte d’adhérence, l’utilisation des anti-brouillards, etc. Toutes ces données seront remontées vers les serveurs de Here, pour comprendre qu’un endroit de l’itinéraire est potentiellement dangereux, et avertir tous les conducteurs qui doivent y circuler.

Des automobilistes suivis à la trace ?

La filiale du consortium allemand assure que les données « seront anonymisées avec aucun identifiant personnel pour s’assurer du respect de la vie privée des conducteurs ». Reste qu’en matière de cartographie historisée, l’absence d’identifiant ne suffit pas. Il n’est pas compliqué de suivre un point et de voir d’où il part le matin et où il retourne le soir, pour comprendre où la personne habite et en déduire de qui il s’agit et quelles sont ses habitudes. Il faudra donc d’autres assurances pour rassurer totalement les automobilistes qui pourraient être inquiets de voir ainsi leurs trajets scrutés et envoyés sur des serveurs en permanence.

here-open-platform

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés