Dans une stratégie de refonte de sa division mobile, Google aurait fait passer à la trappe le Projet Ara. Un clou de plus dans le cercueil du smartphone modulaire.

Google et les projets annulés, c’est une longue histoire. On fait tous encore un petit peu le deuil de Google Wave, moins celui de Google Buzz. Mais ces deux noms ne sont que des stèles isolées dans le cimetière des projets sortis cassés, trop tôt ou trop tard de Mountain View. Aujourd’hui, l’agence de presse Reuters affirme que Google a suspendu le Projet Ara, le téléphone modulaire dont on entend parler de salon en salon depuis des années.

L’idée était assez intéressante : il s’agissait de concevoir un smartphone dont les composants étaient séparés. Ainsi, vous auriez pu changer chaque composant de manière individuelle, un peu comme sur un PC. Et contrairement à un FairPhone qui met en avant le côté réparation, Google pensait aussi mise à jour : d’une année sur l’autre, vous auriez pu améliorer votre brique appareil photo avec le dernier capteur à la mode.

project-ara

Alléchant côté utilisateur, mais en réfléchissant un peu, on se rend vite compte des problèmes d’une telle solution. Le premier, c’est la faisabilité. Les composants des smartphones sont minuscules et c’est grâce à cette miniaturisation extrême que l’on peut avoir des objets aussi puissants et pratiques. Si vous deviez concevoir un smartphone avec des blocs à associer comme des Lego, cela prendrait vite beaucoup de place. Sans parler du design, du poids et de la taille de l’engin final.

Mais ce n’est pas tout. Il y a aussi un énorme problème commercial. En effet, difficile d’imaginer quiconque vouloir acheter un tel smartphone, au-delà d’une niche de bidouilleurs et de professionnels qui auraient pu greffer, peut-être, des outils ad-hoc pour des travaux précis. Et encore, aurait-il fallu pouvoir développer des drivers compatibles. À l’ère du smartphone grand public, on imagine mal comment Google aurait pu vendre un tel produit pour le rentabiliser. Et même chez les puristes, il y aurait eu des freins : quid, par exemple, de mettre à niveau le processeur ou la RAM ?

Mountain View pourrait revendre son concept en marque blanche

L’annonce ne nous surprend donc pas (et on doit reconnaître que nous n’avons jamais imaginé voir sortir un jour une version commerciale du projet) mais son timing est étonnant, dans la mesure où Google avait semblé être proche d’une version convenable lors de la Google I/O de cette année. D’après Reuters, Mountain View pourrait revendre son concept en marque blanche et laisser un industriel prendre le risque de distribuer une version de l’engin.

La solution de Motorola avec son Moto Z nous semble déjà bien plus mature, en tout cas.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés