Microsoft décoche ses dernières flèches pour inciter sa clientèle à migrer vers Windows 10. Un écran d'alerte s'affiche désormais sur les ordinateurs ayant Windows 7 ou 8.1.

C’est maintenant ou jamais. Alors qu’il ne reste plus qu’un mois pour bénéficier de l’offre de mise à niveau gratuite vers Windows 10, Microsoft jette ses dernières forces dans la bataille afin de persuader les retardataires et les indécis d’adopter une bonne fois pour toutes son nouveau système d’exploitation. Car au mois d’août, il sera trop tard : l’OS deviendra payant.

Les usagers ayant un PC avec Windows 7 ou Windows 8.1 verront donc s’afficher au cours du mois de juillet des alertes en plein écran pour leur signaler que la migration gratuite vers Windows 10 ne sera plus possible au-delà du 29 juillet, au cas où  les autres avertissements — pourtant déjà bien visibles et forts envahissants — n’aient pas produit l’effet escompté.

Le message prendra cette forme :

W10 Microsoft mise en garde

Ces écrans apparaîtront sur les postes qui n’ont pas encore Windows 10 jusqu’au 29 juillet, sauf en cas de mise à jour — évidemment — ou si l’utilisateur demande à l’OS de ne plus du tout être notifié à ce sujet. Deux autres options sont proposées : « me le rappeler plus tard » et « préviens-moi encore trois fois ». L’entreprise rappelle qu’il est possible de tester Windows 10 pendant un mois et de revenir en arrière si cela ne va pas.

À l’heure actuelle, Windows 10 est déployé sur plus de 350 millions d’appareils dans le monde selon les statistiques fournies fin juin par Microsoft. Quelques jours après la fin de l’offre de mise à niveau gratuite vers Windows 10, le groupe américain publiera sa première mise à jour d’importance pour son OS, qui apportera un certain nombre de changements et de nouveautés.

L’insistance avec laquelle Microsoft a fait la promotion de Windows 10 lui a parfois joué des mauvais tours. Face aux réactions agacées d’une partie de sa clientèle, le géant des logiciels a convenu qu’il fallait lever le pied. Une décision sage alors qu’une utilisatrice a réussi à le faire condamner, après qu’une mise à jour de Windows 7 vers Windows 10 a rendu son PC inutilisable.

À lire sur Numerama : Build 2016 de Microsoft  : Linux, Xbox One, bots pour Skype et HoloLens

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés