Apple a un brevet dans lequel l'entreprise américaine imagine MacBook doté d'un clavier sans vraies touches.

C’est un problème que rencontrent tous ceux possédant un ordinateur. À la longue, le clavier finit par se dégrader. Tôt ou tard, les touches sont susceptibles de sortir de leur emplacement ou se mettre à dysfonctionner, des débris peuvent se glisser dans les interstices ou bien les motifs représentant les lettres, les chiffres et les symboles finissent par s’effacer sous l’action de l’ongle heurtant la surface de la touche.

Clavier
Et si le clavier étant dans le boîtier ?

Dans le cas d’un PC de bureau, ce souci est relativement bénin. Il suffit de changer le clavier dysfonctionnel par un nouveau modèle. Cela coûtera certes quelques dizaines d’euros — sauf si le périphérique à remplacer est encore sous garantie –, mais c’est bien plus supportable que de changer toute la machine. Mais du côté du portable, un clavier qui ne répond plus correctement est un handicap plus sérieux.

C’est avec cette difficulté en tête que les ingénieurs d’Apple ont planché sur un concept de MacBook dont le clavier ne serait pas uniquement intégré à la coque : il serait dans le boîtier lui-même. Concrètement, celui-ci exploiterait une technologie similaire à celle des pavés tactiles : en pressant le doigt à un endroit du boîtier, telle ou telle lettre s’afficherait à l’écran.

Clavier dans la coque
Un pavé numérique pourrait être affiché, et les autres sections adaptées au besoin de l’usager.

Une telle approche offrirait plusieurs avantages : il serait possible de choisir la taille des touches et du clavier, de choisir un pavé tactile plus ou moins large pour contrôler la souris, d’afficher un pavé numérique supplémentaire, de modifier la luminosité et la couleur des touches, et ainsi de suite. Tout ceci serait possible grâce à une surface micro-perforée qui adapterait la structure du clavier en fonction des besoins de l’utilisateur.

Potentiellement, ce clavier pourrait aussi intégrer la technologie 3D Touch, qui permet de profiter de fonctions supplémentaires selon le degré de pression appliqué sur une surface. Ainsi, on pourrait imaginer qu’un appui fort active la majuscule d’une lettre tandis qu’un appui classique fera apparaître sa minuscule. Sur le papier, cela semble assez prometteur. Reste à savoir si l’idée séduira l’usager moyen.

En effet, il n’est pas du tout certain qu’un clavier dans le boîtier plaise malgré les atouts qu’il propose. Beaucoup d’utilisateurs se sont habitués au fait que le clavier fournisse une légère résistance lors de l’appui sur les touches, voire au bruit que les touches font lorsqu’elles sont pressées. Avec le brevet d’Apple, ces aspects risquent fort de disparaître, ce qui pourrait les déconcerter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés