3D Touch est aujourd'hui aussi inutile que potentiellement génial. On le sent : ce sont les prochains virages d'Apple qui décideront du sort de cette fonctionnalité.

Sur l’iPhone 6S, 3D Touch est clairement la fonctionnalité qui a retenu mon attention : après une dizaine d’années à avoir des écrans tactiles qui sont restés plus ou moins les mêmes, enfin avait-on une petite innovation technologique à se mettre sous la dent. Pour ceux qui auraient loupé l’info, l’idée est qu’en appuyant plus fort sur l’écran d’un iPhone 6S — et non pas plus longtemps –, on débloque de nouvelles fonctionnalités. En appuyant fort sur un lien ou une photo, il s’affiche en prévisualisation. En appuyant fort sur l’icône d’une application, elle propose quelques options directement accessibles (ouvrir la caméra avant sur l’application Appareil Photo, envoyer un tweet sur l’application Twitter etc.) avant ouverture.

3D touch, le mal aimé

En pratique, le concept fonctionne très bien. On prend immédiatement le geste de l’appui fort et il se déclenche au bon moment, sans que l’utilisateur doute une seconde de ce qu’il est en train de faire. Dans certains cas, comme la prévisualisation, c’est plutôt pratique et on va l’utiliser quelques fois sans même y faire attention. Mais malgré cela, pour tous les autres usages, on a comme l’impression que la fonctionnalité était encore en test au moment de sa sortie — si ce n’est au niveau matériel, au moins au niveau logiciel.

L’une des fonctionnalités les plus mises en avant par Apple pour 3D Touch, c’est la possibilité de donner vie aux photos prises avec l’iPhone 6S, grâce à la fonctionnalité Live. Vous appuyez fort sur un cliché et vous le verrez s’animer, l’iPhone ayant enregistré une image et une courte vidéo. Si les photos de ce type sont un privilège des possesseurs d’iPhone 6S au niveau de la capture, côté lecture, les fichiers peuvent être lus par n’importe qui. Un utilisateur d’iPhone 5C, par exemple, n’aura qu’à laisser son doigt appuyé comme pour un appui long sur la photo pour que la vidéo se déclenche. 3D Touch n’aurait donc aucun intérêt pour les photos Live.

c9432858291d8dff61a5f7ce65ff6a03da90f374_4878.0
iPhone 5S + iPhone 6 = ?

Et les dernières rumeurs au sujet d’un iPhone milieu de gamme évoquent un engin qui aurait la taille d’un iPhone 5 (4 pouces) et le hardware d’un iPhone 6. Une idée plutôt bonne si elle se confirme, tant le retour d’un tel format est attendu dans le line-up des produits Apple, mais une idée qui pourrait cacher une feature qui ne fera pas plaisir à tout le monde : si on en croit les rumeurs, cet iPhone d’un nouveau genre pourrait, lui aussi, prendre des photos Live, sans avoir d’écran 3D Touch.

Dans les faits, cela signifierait encore une fois que Apple n’aurait pas besoin de 3D Touch pour cette fonctionnalité et qu’il en priverait les possesseurs d’iPhone 6 et antérieurs de manière artificielle. Dans le même temps, la firme enlèverait l’un des intérêts les plus puissants au niveau de la communication autour de son appui fort  : Live Photos et prévisualisations sont, aujourd’hui les seules fonctions 3D vraiment utiles. 

Une app Apple sans 3D Touch

Plus tôt dans la semaine, Apple a également étonné en sortant une application très réussie nommée Mémo Musical, qui permet d’enregistrer à la volée un instrument et de l’accompagner avec une batterie et une basse pour des tests. Seulement voilà, l’application n’a pas de fonctionnalité 3D Touch. Les possibilités ne manquent pas : on aurait pu lancer un enregistrement directement depuis le bureau ou avoir un moyen d’arriver directement à l’accordeur : niet, Apple a tout simplement oublié l’écran de son iPhone 6S pour sa nouvelle app.  

screen

Tous ces signes nous laisseraient croire à l’enterrement prochain de la fonctionnalité, ou son passage au rang des bonnes idées sorties trop tôt et pas suffisamment exploitées. Ce serait oublier qu’il reste un continent à explorer avec 3D Touch et y pensant rapidement, nous voyons sans mal deux routes qu’on pourrait suivre.

  1. La première, ce serait l’accès immédiat à des fonctionnalités sans ouvrir les applications. Aujourd’hui, 3D Touch est un raccourci vers des fonctions dans une application ouverte. Demain, la barre de texte qui permet d’envoyer un tweet pourrait s’ouvrir sous le doigt de l’utilisateur et ainsi enlever une étape entre la volonté de faire une action et l’action réelle. L’appui long deviendrait alors efficace partout sur le bureau et transformerait les icônes d’iOS en widget sans que cela devienne un chaos incompréhensible pour l’utilisateur.
  2. La seconde, ce serait de véritables innovations à l’intérieur des applications. Aujourd’hui, les fonctionnalités sont limitées à ce que nous avons déjà décrit (grosso modo, de la prévisualisation de contenu). Demain, nous pourrions avoir des jeux qui exploiteraient les différents niveaux de pression pour contrôler un personnage, la vitesse d’une voiture, la cadence des tirs. Ou pour des tas d’autres concepts qu’il reste à imaginer, comme à l’époque où l’industrie du jeu vidéo s’est réinventée grâce aux écrans tactiles. Du côté des apps, un appui fort pourrait surligner du texte, effacer un trait de crayon ou déclencher une sélection sur une photographie. Rien de tout ça n’est intégré pour l’instant et pourtant, la technologie est là.

En l’état, force est de constater que 3D Touch est un gadget et que la communication d’Apple est hésitante, si ce n’est malhonnête, à son sujet. Même les vendeurs dans les Apple Store ne sont pas capables de la décrire convenablement : depuis la sortie de l’iPhone 6S, j’ai dû faire découvrir cette fonctionnalité de nombreuses fois à des proches qui ne savaient pas du tout à quoi elle correspondait… sur leur propre appareil. Difficile des les blâmer tant les usages sont anecdotiques.

Et pourtant, le plus beau gâchis serait de ne rien en faire.


 

Pour bien commencer la semaine

Test du BlackBerry Priv

#PreviouslyOn  : Scream Queens, une critique de l’hypermodernité acerbe et décalée

Qui veut la peau du livre numérique  ?

Startups, NUMA attend vos projets pour révolutionner la ville

Développer un OS souverain made in France, combien cela coûte  ?

#Conversation  : pour Ulule, la communauté est le premier atout du crowdfunding

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés