La vie en ville ne changera pas toute seule. Dans ces conditions, NUMA organise un accélérateur de projets autour du Big Data et la ville connectée. Cinq startups ont été sélectionnées. Les voici.

Dans le cadre de son projet Datacity, qui propose de réinventer la ville, NUMA a ouvert un programme d’accélération autour des enjeux contemporains liés à l’organisation urbaine, en partenariat avec Paris et des entreprises. Un appel à candidature a été lancé en janvier pour retenir cinq startups qui pourront intégrer un accélérateur et concrétiser leurs idées afin de les tester sur le terrain dès que possible.

Quatre thèmes étaient alors proposés : énergie & fluide, mobilité, espace public et environnement. Manifestement, ce sont les startups dans le domaine de l’énergie qui le plus retenu l’attention, puisque trois des cinq lauréats proposent un projet dans ce domaine. Quant aux deux autres, elles occupent le terrain des transports et de l’aménagement du territoire.

Ces startups, quelles sont-elles ?

Egreen

Évoluant dans le domaine de l’énergie, Egreen propose de faire des économies d’énergie en agissant sur le comportement des occupants d’un bâtiment. Pour y parvenir,  Egreen tient à étudier l’effet d’une approche mêlant incitation et ludisme, sans contrainte, afin d’obtenir l’adhésion des habitants, par exemple en organisant des compétitions d’économie d’énergie se basant sur la consommation des bâtiments, qui serait mesurée en temps réel.

Padam

Dans le secteur du transport, c’est Padam qui a retenu l’attention. La startup a l’idée de mettre à disposition des petits bus qui permettraient d’embarquer plusieurs personnes allant au même endroit. Il s’agit ici d’optimiser les déplacements locaux, en établissant les trajets les plus efficaces pour permettre à chacun d’atteindre son point d’arrivée. Cela n’est pas sans rappeler le principe du covoiturage, mais poussé à l’extrême.

Openergy

Toujours dans le domaine de l’énergie, Openergy s’intéresse à l’analyse énergétique des bâtiments en exploitation. Pour cela, elle s’appuie sur une plateforme de suivi qui mêle data mining et simulation informatique. Elle souhaite, dans le cadre du projet DataCity, travailler au développement d’une méthode d’estimation et de suivi des gains apportés par la mutualisation énergétique à l’échelle d’un îlot.

Qucit

Du côté de l’aménagement des territoires, Qucit souhaite procéder à l’évaluation des espaces publics et, plus précisément, de la pertinence de la mise en place d’un indicateur de confort des passants permettant de quantifier l’impact de réaménagement sur les places publiques.

Sensewaves

Troisième startup à plancher sur les questions énergétiques, Sensewaves souhaite aussi inciter les usagers à améliorer leur consommation.Le projet portera notamment sur l’analyse de series temporelles pour l’identification des comportements et des habitudes des consommateurs dans l’habitation et les bâtiments.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés