Une fonctionnalité encore cachée de la version d'Android de WhatsApp permettra de partager les informations de son compte avec Facebook, pour « améliorer les expériences » sur le réseau social de la maison-mère.

Facebook commence à opérer un rapprochement entre les données des utilisateurs de WhatsApp et celles des utilisateurs du réseau social historique. L’application de messagerie instantanée rachetée par Facebook en 2014 pour 19 milliards de dollars sera en effet bientôt mise à jour — au moins sur Android — pour permettre à Facebook d’exploiter des données de ses utilisateurs.

Le site spécialisé Android Authority a en effet remarqué qu’un développeur indépendant sur Android, Javier Santos, a publié la semaine dernière sur son profil Google+ des captures d’écran de fonctionnalités encore cachées prévues dans les nouvelles versions à venir de WhatsApp. Il les a affichées en découvrant le nom des fonctionnalités dans le code source, et les en appelant grâce à un terminal.

Or parmi ces captures figurent une nouvelle option, semble-t-il activée par défaut (mais ça reste à confirmer), qui autorise WhatsApp à transmettre des données à Facebook pour rapprocher les comptes. Selon son descriptif, l’option «  partager mes informations de compte  » permet de « partager les informations de mon compte WhatsApp avec Facebook pour améliorer mes expériences Facebook  », sans explications détaillées.

De façon surprenante, l’application semble prévenir que désactiver l’option est irréversible, et dissuade donc de le faire :

shareinfo

L’importation des informations de WhatsApp permettrait à Facebook de croiser davantage de données pour affiner sa connaissance des utilisateurs, et de préparer une éventuelle fusion des applications WhatsApp et Messenger, dont le modèle économique et technologique semble se rapprocher.

Il y a quelques jours, Facebook décidait de rendre WhatsApp entièrement gratuit (officiellement il fallait payer pour l’utiliser plus d’un an), et annonçait que son modèle économique serait basé sur l’intégration de services pour les entreprises, certainement à travers une API. Un modèle proche de celui déjà annoncé et amorcé pour Messenger, qui dépend également de l’intégration d’une intelligence artificielle. Or celle-ci sera d’autant plus performante qu’elle aura d’informations sur les utilisateurs.

Même si WhatsApp dispose d’une base de plus de 900 millions d’utilisateurs et si Messenger a déjà dépassé les 800 millions, il semble difficile sur le long terme de garder les deux applications distinctes l’une de l’autre. Le plus logique serait que Facebook cherche à les fusionner, ce qui passe par un rapprochement des comptes et des données personnelles autour des bases de données de Facebook.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés