Le projet Electricity Map consiste à afficher sur une carte la consommation électrique de l'Europe en temps réel ainsi que ses émissions de dioxyde de carbone. Le but ? « quantifier l'impact de chaque choix que nous faisons », selon l'organisation qui en est à l'origine.

C’est une déclaration que vous avez certainement déjà entendue si vous suivez un petit peu l’actualité. En France, les centrales nucléaires sont responsables d’environ 80 % de la production d’électricité. Le reste est complété par du gaz, du charbon et des sources d’énergie renouvelables. Mais connaissez-vous exactement quelle est leur part dans le mix français ?

Il existe sur le web de nombreux sites qui permettent de répondre à cette question. Parmi eux, le projet Electricity Map est l’un des plus fascinants à suivre. Opéré par l’organisation danoise Tomorrow, il consiste à visualiser sur une carte la production électrique et les émissions de CO2 au niveau de l’Europe afin de « quantifier l’impact de chaque choix que nous faisons ».

panneaux-solaires
CC skeeze

La carte présente ainsi la situation de chaque pays européen avec une indication de l’intensité des émissions de CO2 dégagées par kilowatt-heure (kWh). Plus la couleur du pays tire vers le noir, plus le rapport est mauvais. En revanche, des pays en vert génèrent assez peu d’émissions de CO2 à chaque kilowatt-heure. Les bons élèves sont plutôt en Europe du Nord et occidentale.

En cliquant sur un État, des informations complémentaires apparaissent à l’écran : la production électrique par source, les émissions carbonées issues de l’importation et de l’exportation de l’électricité, les émissions par source. Dans le cas de la France par exemple, on note que le gaz et le charbon sont, sans réelle surprise, les deux grandes sources d’émissions de dioxyde de carbone.

europe-electricite-co2

La carte permet également d’indiquer le potentiel éolien en ajoutant en superposition la force des vents. Tous les pays ne sont pas logés à la même enseigne : certains sont très bien exposés, comme l’Irlande, la Norvège, la Pologne, la Suède ou le Danemark. D’autres en revanche ont un potentiel bien plus limité : c’est le cas des pays dans le sud et le centre du Vieux Continent.

Projet Open Source (il est sur GitHub), Electricity Map est intéressant mais encore perfectible : certains pays ne sont pas facilement cliquables — on pense au Portugal et à la Grèce –, tandis que d’autres ne sont tout simplement pas représentés sur la carte : où sont Malte et Chypre ? La Croatie est grisée alors qu’elle fait partie de l’Union européenne et les informations sont indisponibles pour les États en dehors de l’Union.

Les sources pour proposer la carte Electricity Map sont indiquées sur GitHub. Dans le cas de la France, les informations proviennent de RTE (Réseau de transport d’électricité), de Wikipédia et de l’EAWA (association européenne de l’énergie éolienne). Concernant le potentiel éolien, les données viennent du service météorologique des États-Unis, via son modèle de prévision numérique du temps Global Forecast System.

Nature environnement forêt
CC Wolfgang Moritzer

Partager sur les réseaux sociaux