Et si votre tablette s'occupait, à votre place, de la rébarbative phase d'explication de règles d'un jeu de société ? C'est ce que propose Dized. Présentation.

Les jeux de société ont le vent en poupe, un peu partout dans le monde et particulièrement en France. Nous sommes plusieurs à jouer au sein de la rédaction et nous vous présentons régulièrement nos coups de cœurs en la matière.

Mais il y a une étape importante, cruciale même, avant de pouvoir s’amuser, qui ennuie la plupart des gens et qui est souvent dévolue à une seule et même personne : la lecture et l’explication des règles. Il faut bien avouer qu’ingurgiter des pages d’un manuel, pour ensuite les transmettre à ses compagnons de jeux, qui ne pensent qu’à engloutir les chips, pianoter sur leur smartphone et discuter du dernier épisode de Game of Thrones, a de quoi rebuter.

La fin d’un calvaire

C’est là que Dized vous vient en aide. S’il existe déjà de nombreuses vidéos sur l’Internet, professionnelles ou amateures, présentant un jeu et ses règles, Dized va un cran plus loin. Imaginée par les deux fondateurs finlandais de Playmore Games, cette application propose une explication pas à pas et interactive des règles d’un jeu, à la manière d’un tutoriel de jeu vidéo.

Dized

Elle commence par présenter les concepts de base, puis détaille le matériel pièce par pièce et montre comment le mettre en place. Le tout en plusieurs langues, dont le français.

Destinée à être utilisée pour une première partie, Dized ne s’encombre pas d’expliquer des règles dont vous n’avez pas immédiatement besoin. Elle reste concentrée sur l’essentiel, et amène le reste des précisions au fur et à mesure de l’avancement de la partie. Elle diffère en cela d’une simple vidéo du fait qu’il est possible de préciser des choix, des options prises lors de la partie : si un joueur joue cette carte plutôt qu’une autre, Dized le sait et adapte la suite des explications en conséquence. Il est aussi possible de revenir en arrière ou de lui faire répéter une phase de jeu mal comprise.

Fonctionnalités communautaires

La campagne de financement participatif, qui vient de se terminer avec succès, visait évidemment à couvrir les frais de conception de l’application, mais devrait à terme également permettre de proposer des fonctionnalités communautaires. Il sera ainsi théoriquement possible de gérer sa ludothèque (indispensable quand elle atteint plusieurs dizaines de boites), d’enregistrer ses parties, de programmer des soirées jeux avec ses amis ou encore de trouver des joueurs à proximité.

Une grosse dizaine de jeux sont d’ores et déjà implémentés, comme Kingdomino ou King of Tokyo par exemple. Mais l’application n’est pas limitée à des jeux familiaux aux règles plutôt abordables, puisqu’elle permet également de s’attaquer à des titres beaucoup plus costauds. L’implémentation pourra être réalisée en interne par un éditeur de jeux, s’il dispose des ressources et compétences nécessaires, ou confiée directement à l’équipe de Playmore Games ou à un partenaire tiers, éventuellement certifié.

Dized propose une explication pas à pas et interactive des règles d’un jeu

Dized pourra être téléchargée gratuitement et se financera par de la publicité. Elle intégrera d’office certaines règles. Les plus populaires sans doute. L’utilisateur pourra également s’acquitter d’un achat à la demande ou d’un abonnement mensuel pour débloquer de nouvelles règles et fonctionnalités, dont des tickets de vote permettant de choisir les prochains jeux à implémenter.

Dized

Destinée avant tout au grand public, Dized devrait également fortement intéresser les cafés-jeux, qui attirent de plus en plus de monde et dont le personnel croule sous les demandes d’explications aux heures de forte affluence. Et pourquoi pas les boutiquiers, qui pourraient installer une tablette en libre service. Quoi de mieux en effet que quelques minutes d’explications pour savoir si un jeu pourrait nous plaire ou non ?

Le lancement officiel de Dized est prévu pour août 2018. D’ici là, trouvez-vous un camarade de jeu qui aime lire et expliquer des règles. Car oui, aussi étonnant que cela puisse paraitre, ça existe. Et soyez sympas, ne l’interrompez pas.

Partager sur les réseaux sociaux