Un fan passionné de World of Warcraft a subi la dure loi de Blizzard Entertainment, intransigeant sur son MMORPG en matière de serveurs privés.

Pendant quatre longues années, un grand fan de World of Warcraft, connu sous le pseudo Gummy52, a travaillé sur un serveur privé permettant de revenir à l’époque de Burning Crusade, première extension sortie en 2007.

Le projet, baptisé Felmyst, a été lancé il y a quelques jours… et fermé quelques heures après.

Blizzard Entertainment est à l’origine de cette mauvaise nouvelle, l’entreprise ayant envoyé une lettre au créateur pour lui signifier une logique violation de ses copyrights. Qu’importe les quatre ans passés à travailler sur le serveur.

L’intransigeance de Blizzard

Ce n’est pas la première fois que Blizzard Entertainment prend des décisions aussi irrévocables. L’année dernière, il avait stoppé les activités de Nostalrius, où des utilisateurs un peu nostalgiques pouvaient jouer à une version vanilla de World of Warcraft. À l’époque, le géant américain avait promis qu’il se pencherait éventuellement sur la question pour proposer une expérience similaire — un WoW à l’ancienne — mais par une voie officielle. En attendant, il ferme l’accès à ceux qui le font de manière privée pour s’affranchir de certaines règles mises en place dans les patchs sortis année après année.

Gummy52 s’attendait en quelque sorte au destin aussi bref que funeste de Felmyst, même si un autre de ses serveurs était parvenu à passer au travers des mailles du filet. Après la fermeture, il a expliqué que la popularité de Felmyst a conduit à sa propre chute : « J’ai parié sur un cap à 3 000 personnes pour s’amuser en petit comité. Le problème des serveurs privés est qu’il n’y a aucun juste milieu. Si les gens s’attendent à un serveur de seulement 3 000 personnes alors ils ne joueront pas et vous vous retrouverez avec 300 joueurs, ce qui est injouable ».

Bien sûr, Gummy52 était au courant de la position de Blizzard vis-à-vis des serveurs privés. Mais, en tant que passionné, il n’a pas voulu arrêter pour autant « au vu des nombreuses années déjà investies ». Dans sa lettre ouverte, il a même évoqué ses problèmes de santé, se sentant obligé de justifier tout le travail finalement gâché par le papa de WoW. « C’est pour cela que j’ai pu me consacrer quasiment à temps plein sur ce projet, comme je suis sans-emploi, j’ai même rogné sur ma propre santé pour tout donner. Pourquoi je dis ça ? Parce que je me sens obligé de le faire ». Malheureusement pour lui, Blizzard n’a eu aucun état d’âme.

Partager sur les réseaux sociaux