Nintendo ne semble toujours pas avoir trouvé la formule magique pour produire plus de Switch. Les magasins s'adaptent comme ils peuvent.

Nintendo doit actuellement faire face à un vrai problème de riche : tout le monde s’arrache sa Switch et l’offre ne parvient pas à s’ajuster à cette demande monstrueuse. Cette disette est à double-tranchant puisqu’elle est autant capable de créer de l’engouement autour du produit que de frustrer celles et ceux qui veulent acheter la console sans devoir craquer leur PEL en passant par eBay et des vendeurs sans scrupule. La firme nippone aimerait produire plus et entend sortir 18 millions de Switch des usines d’ici au 31 mars 2018. Pour l’heure, les magasins font avec, ou plutôt sans, et s’adaptent.

Un tirage au sort pour minimiser la pénurie

Au Japon, le système de loterie est très utilisé et apprécié. Et le géant de la distribution Yodobashi s’en sert pour vendre la Nintendo Switch. Le principe est simple : on prend un ticket et on prie pour être tiré au sort afin de pouvoir, ensuite, acheter la console… Au sein du magasin situé dans le quartier électronique d’Akihabara, plus de 3 000 joueurs nippons se sont inscrits et il n’y en a que 250 qui ont été sélectionnés pour mettre la main sur le précieux sésame. C’est forcément très frustrant mais cela offre une chance à tout le monde, au moins.

Yodobashi pourrait opter pour la simple liste d’attente mais le nombre de potentiels acheteurs est malheureusement bien trop important pour se le permettre. Ce qui est encore plus vrai si les réassorts ne sont que de 25O Switch à chaque fois.

En France, la situation n’est pas beaucoup plus reluisante. Sur Amazon, il faut composer avec un délai d’un à deux mois d’attente tandis que la Fnac ne l’annonce pas en stock avant le 20 juillet, suggérant des quantités infimes. Entre deux sabrages de champagne, Nintendo doit donc quand même trouver une solution rapidement.

Partager sur les réseaux sociaux