La Hadopi publie une étude menée début 2017 par l'Ifop sur la perception qu'ont les internautes des menaces qui existent sur les sites illicites. Les résultats affirment que les internautes s'exposent à divers risques en fréquentant certains espaces.

La coïncidence est remarquable. Ou pas. Alors que le site de liens BitTorrent T411 vient de fermer ses portes il y a tout juste quelques jours à la suite d’une opération de police franco-suédoise, la haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi) sort jeudi 29 juin une étude sur les risques encourus par les internautes lorsqu’ils se rendent sur les sites illicites.

Il ressort de cette enquête menée par l’Ifop du 25 janvier au 2 février 2017 que les internautes qui ont visité occasionnellement ou régulièrement des plateformes permettant de profiter ou de récupérer de contenus partagés illégalement (en streaming, en échange par P2P ou en téléchargement direct) ont été globalement plus confrontés, au cours de l’année passée, à divers soucis.

Dans le cas des internautes consommant régulièrement des contenus piratés, 91 % des sondés disent avoir subi des nuisances au cours de 2016. Ce nombre monte même à 94 % pour les consommateurs occasionnels. L’écart est assez faible, mais une explication est peut-être à aller chercher du côté de « l’expérience » du pirate. Si celui-ci fréquente souvent ce type d’univers, peut-être est-il plus à même de déjouer certains risques.

Ces menaces sont de deux ordres : les nuisances et les préjudices.

Du côté des nuisances, on retrouve un affichage de faux messages alarmants pour vous inciter à acheter ou à installer un logiciel, par exemple un outil d’amélioration de performances ou un antivirus inutiles ou à des prix démesurés ou encore une hausse notable de courriers indésirables (spams) reçus dans la boîte mail après avoir laissé l’adresse sur un site.

Sont aussi mentionnés le ralentissement soudain du PC lié à l’infection présumée par un virus ou un logiciel malveillant, l’apparition de publicités destinées à des publics adultes (contenus pornographiques, sites de jeux) lors de la navigation, l’apparition importante et soudaine de nombreuses publicités pendant le surf et la modification des réglages par défaut de votre navigateur contre la volonté de l’internaute.

risque hadopi illicite
Pour chacun de ces risques, indiquez si ça vous est arrivé une fois, plusieurs fois, si vous connaissiez ce risque sans y avoir été confronté ou si vous ne saviez pas que ça pouvait arriver

Pour les préjudices, la Hadopi cite la perte d’argent après un vol de coordonnées bancaires ou d’une usurpation des moyens de paiement, l’usurpation de l’identité sur un site ou service nécessitant un compte utilisateur (réseau social, site de jeux…) ou l’arnaque consistant à souscrire un abonnement non désiré après avoir répondu à un formulaire prétexte.

Figurent aussi l’achat indésirable de produits ou prestations avec les identifiants de votre compte sur un site marchand, l’utilisation à l’insu de l’internaute de sa boîte mail qui se met à envoyer des mails non sollicités (spams) aux contacts et sans votre consentement ainsi que l’impossibilité d’accéder à vos fichiers personnels (ils ne s’ouvrent plus ou sont illisibles) et devoir payer pour les récupérer — les fameux ransomwares.

Contre les ransomwares, des parades existent.

Fort heureusement, certains périls sont moins répandus que d’autres. Dans son étude, l’Ifop note que de façon générale, 83 % des internautes ont déclaré avoir subi des nuisances au cours de l’année passée, c’est-à-dire en comptabilisant aussi les scores d’autres populations d’internautes que celles catégorisées dans les groupes de pirates occasionnels ou réguliers.

En prenant en compte aussi les internautes qui ne consomment pas le moindre bien culturel sur Internet, les internautes qui se sont détournés du piratage et ceux qui disent d’avoir qu’une pratique licite du téléchargement, du streaming ou du P2P — on notera au passage l’absence d’une catégorie hybride contenant des internautes ayant une attitude à la fois licite et illicite –, toutes les menaces n’ont pas la même ampleur.

Boîte lettre mail
Le spam dans la boîte mail, un souci assez classique.
CC Fabian Reus

Ainsi, si le spam est un souci fréquemment observé chez les internautes adeptes du piratage (60 % des sondés disent avoir été confronté au moins une fois à ce désagrément), la modification des réglages par défaut du navigateur contre la volonté de l’internaute est un phénomène moins courant (41 %). Et dans le cas des préjudices, qui pour le coup sont vraiment problématiques, les résultats reculent encore plus.

Cela étant, certains scores s’avèrent particulièrement élevés : il y a par exemple 21 % des sondés qui disent avoir été victimes au moins une fois d’une arnaque visant à souscrire un abonnement non désiré après avoir répondu à un formulaire prétexte. 17 % mentionnent une perte d’argent sur le compte bancaire ou 14 % disent encore avoir été confrontés à un ransomware.

Les nuisances et les préjudices selon les situations.

Une question se pose alors : y a-t-il un lien entre le fait d’avoir une pratique illicite, c’est-à-dire en téléchargeant des contenus en faisant fi du droit d’auteur, et le fait de subir l’une des nuisances ou l’un des préjudices de l’étude ? L’étude le suggère, au regard des courbes plus fortes chez les « pirates » que chez les autres utilisateurs. Dans le cas des préjudices, c’est plus complexe : la courbe est forte chez les anciens illicites, ce qui laisse à penser que cela a eu un impact sur leur décision de ne plus fréquenter ces plateformes.

L’étude en tire trois constats : « les non consommateurs de produits culturels et les consommateurs aux usages légaux sont ceux qui ont été les plus épargnés par des préjudices sur Internet ; les consommateurs de produits culturels qui ont cessé leurs pratiques illicites sont ceux qui compte le plus de victimes de ce type de menaces ; les consommateurs illicites actuels ont été également les plus impactés, notamment ceux qui ont recours à du téléchargement de produits culturels ».

evolution-menace-hadopi
Quelle évolution des problèmes en cas de changement des pratiques ?

L’étude met en avant également le rôle finalement assez positif des menaces se trouvant sur les sites illicites pour orienter les internautes vers l’offre légale. D’après les conclusions de l’étude, 70 % des consommateurs dits « anciens illicites » et « illicites réguliers » ont déclaré avoir diminué ou arrêté de pirater justement pour se protéger du spam, d’un virus, d’un arnaque ou d’une prise contrôle du navigateur.

« Un changement de pratique qui semble efficace, puisque après avoir arrêté, ils affirment rencontrer moins voire plus du tout de problèmes », commente la Hadopi, qui ajoute que l’ensemble des sondés, qu’ils piratent ou non, reconnaissent que l’offre légale « apparait comme une valeur sûre, moins dangereuse et offrant une expérience utilisateur de meilleure qualité ».

Méthodologie

L’enquête quantitative de l’Ifop a été menée en début d’année dans toute la France, en ligne et sur le terrain. Elle s’est basée d’abord sur un échantillon de 1021 Français et de Françaises âgés de 15 ans et plus dont 282 ont été identifiés comme des consommateurs illicites. À cet échantillon a été ajouté un sur-échantillon de 516 consommateurs aux usages illicites, pour un total de 798 « pirates ».

L’objectif était « d’évaluer dans quelle mesure les internautes consommateurs de biens culturels dématérialisés ont déjà été confrontés à des risques et désagréments  » en fréquentant des sites pirates, en particulier le niveau de connaissances des internautes face à ces risques, leur perception des menaces, leur réaction avec au problème et la part d’internautes déjà confrontée à ces situations.

Pour la Hadopi, « ces constats d’étude confirment le lien étroit à établir, en vue d’aider au développement de pratiques responsables sur internet, entre la protection de la création et la protection des publics et internautes ». L’étude peut être consultée en intégralité sur le site de la haute autorité. Celle-ci met également à disposition ses mesures directes sur « les risques présentés par les sites illicites ».

Partager sur les réseaux sociaux