La star de l'E3 2017 du côté du hardware ? La Xbox One X de Microsoft, une console capable d'afficher de la vraie 4K.

Pour Microsoft, le futur s’appelle donc la Xbox One X et les jeux s’afficheront en 4K. En vraie 4K. C’est la promesse du géant américain répétée à l’envie durant sa conférence pré-E3 2017, durant laquelle Project Scorpio est devenue la Xbox One X, une console appartenant à la gamme Xbox One en venant s’installer juste au-dessus de la Xbox One S.

Elle est prévue pour le 7 novembre 2017 et coûtera 499,99 €, un prix loin d’être rédhibitoire au vu des performances dont peut se prévaloir la machine, plus que capable d’offrir un confort visuel à nul autre pareil dans son salon. Du moins sur ce que nous avons vu à l’occasion d’un showcase organisé par Microsoft.

C’est joli

C’est magnifique : voilà la formule qui traverse le plus notre esprit en voyant la Xbox One X afficher cette fameuse résolution 4K. C’est propre, c’est détaillé, c’est fouillé (les arrières plans ne sont plus flous). Les mauvaises langues diront qu’un tel rendu existe déjà sur un PC de combat mais nous parlons ici strictement pour le marché réservé aux joueurs console, ceux qui n’ont jamais eu de tels graphismes en face d’eux, et, aussi mais surtout, d’une plateforme à moins de 500 €. Ils en prendront forcément plein les yeux, sous couvert qu’ils possèdent bel et bien l’équipement qui va avec (à savoir un téléviseur minimum moyen de gamme), même si Microsoft promet des améliorations pour des configurations plus modestes.

Ce constat plein d’éloges, sublimé par la technologie HDR pour des contrastes et des couleurs inégalés, vaut tout aussi bien pour Forza Motorsport 7, Assassin’s Creed Origins ou encore Gears of War 4, un titre qui sera mis à jour gratuitement pour recevoir les optimisations idoines et justifier l’existence de la console. Il y a, avec la Xbox One X, la volonté de ne plus faire de concession, sauf peut-être du coté du framerate puisque les 60 fps resteront du domaine du fantasme (à quelques exceptions près).

Un produit réussi

La Xbox One X n’a pas son pareil, non plus, pour affirmer ses ambitions technophiles, matérialisées autant par la conservation du lecteur Blu-ray UHD (pour regarder des films en 4K) que la compatibilité avec le format sonore Dolby Atmos et ses effets 3D. Sur ce point, Microsoft a confié que cela restera à la discrétion des développeurs, comme c’est déjà le cas pour les studios avec les longs métrages. Vu le gain immersif, nous espérons que les studios joueront le jeu au maximum même si, encore une fois, il existe une barrière du côté de l’installation à posséder pour en profiter comme il se doit.

On ne manquera pas, autrement, de souligner la réussite en matière de design, que nous pourrions désigner « à la Apple ». Malgré la puissance embarquée, nécessitant une ventilation de circonstance, la Xbox One X peut se targuer d’être la Xbox la plus petite jamais conçue (encore un slogan que Microsoft aime rappeler). Une prouesse technique qui confère au produit une élégance mélangeant lignes épurées, comme la Xbox One S, et robe noire mate du plus bel effet (et s’immunisant par essence contre les traces de doigt et les rayures). Elle sera naturellement compatible avec les accessoires de la gamme (c’est la même manette) tandis que la connectique restera inchangée par rapport à la Xbox One S (il faudra donc un adaptateur pour Kinect, mais qui l’utilise encore ?).

Xbox One S et Xbox One X font partie de la même génération

Les quelques doutes

Ceci étant, le côté dithyrambique de toutes ces impressions est à contrebalancer avec un petit retour à la réalité. La Xbox One X reste une Xbox One et conservera des défauts d’ergonomie liés à une interface toujours aux fraises malgré les incessantes mises à jour. Comprenez par-là que le mal est déjà fait et qu’une console premium ne pourra pas faire rattraper le retard pris sur la concurrence.

De la même manière, jouer en 4K c’est bien mais Microsoft devra lever le voile sur des exclusivités qui détourneront les gens de la PS4 Pro. La seule exclu de la « vraie 4K » ne suffira pas sur le long terme. Enfin, il reste son problème de positionnement : à qui se destine vraiment cette Xbox One X ? Aux fortunés qui ne veulent pas jouer sur PC, soit une cible a priori maigrichonne. Une niche dans la niche.

Hormis ces quelques doutes, tous les voyants sont au vert. Comme la couleur emblématique de la marque.

Une niche dans la niche ?

Partager sur les réseaux sociaux